RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Alastor Haborym le Lun 20 Aoû - 0:11

Jusque là, j'avais pris sur moi d'encaisser sans rien dire les rodomontades sentimentales et les sermons princiers de l'humain. Mais il était allé trop loin cette fois-ci: il prônait l'égalité ou du moins le respect mutuel mais ne suivait pas ses propres principes. Enfin, quand il s'avança vers moi pour reprendre l'elfe posée sur mon épaule, ça aurait dû être pour moi le moment de réagir, mais je fus interrompu par Korvak qui me héla en trottinant vers moi. Il avait cet air belliqueux sur le visage comme chaque fois qu'il faisait un effort qu'il jugeait indigne de sa personne, comme si il m'en voulait d'être parti si vite. Heureusement il n'en fut rien. Et jetant un bref coup d'oeil en direction d'Anator qui s'éloignait sans se retourner j'avançai vers mon ami.
Il voulait s'entretenir avec moi: un souvenir lui était revenu en mémoire concernant mon associé de chasse.

-"Un détail m'est revenu en vous voyant partir. Ton humain, avec le masque et la capuche, il ressemble beaucoup à la description qu'on m'a faite d'un certain Anator Dalonevar. - je levai un sourcil en entendant ce nom mais restai silencieux, attendant la suite de l'histoire - Une vampire a tenté de m'engager pour lui ramener cet homme mais la pauvre offrait une misère en croyant être généreuse! - un rire moqueur et saccadé ponctua ses derniers mots - Je me suis dit que ça t'intéresserait de savoir qui tu traînes à tes basques l'ami."

Je fixai le sol quelques secondes pour mieux analyser ces paroles et repris d'un ton intéressé:

-"Merci. Ca m'intéresse en effet. Et où l'as-tu rencontrée cette vampire? T'a-t-elle donné un nom?
-Hé! Hé! Tu flaires un supplément de revenu, je savais que tu ne serais pas contre. Elle m'a dit s'appeler Anatolia, une petite brune avec un regard vicieux comme j'aime. Malheureusement je n'avait pas le temps de m'attarder: les affaires! Tu sais ce que c'est. C'était dans le Domaine du Conteur, la semaine dernière, près de la frontière, là où l'air ne nous monte pas encore à la tête! Elle semblait avoir élu domicile dans le vieux manoir abandonné avec sa bande."


Sur ces mots je lui présentais encore mes remerciements qu'il balaya de la main d'un geste entendu. Une dernière poignée de main et voilà qu'il rebroussait chemin en sifflotant sans un au-revoir. La politesse, il ne connaissait pas. Je repris donc la route d'un pas rapide pour rattraper sans aucun mal l'homme ralenti par sa charge elfique. Je le dépassai et me retournai brusquement pour le forcer à s'arrêter et à m'écouter puis déclamai d'une voix calme mais sèche:

-"Tout d'abord, je n'ai jamais prétendu être humain ou démon. Vous m'avez engagé tel que je suis et ma condition ne vous regarde pas à partir du moment où cela n'entrave pas la mission. Je ne vous ai pas harcelé sur le fait que vous étiez masqué et vos manières grossièrement hautaines moi. D'ailleurs vous m'avez dit vouloir que nous soyons mis sur un pied d'égalité hier et je remarque simplement que vous ne respectez pas vos propres préceptes car vous n'hésitez pas à prendre des airs supérieurs en me sermonnant sur mes méthodes et mes états d'âmes. J'ai respecté votre vision du monde chevaleresque en achetant cette elfe que vous vouliez sauver, nous évitant ainsi une mort assurée, alors respectez la mienne! Je sais bien ce à quoi nous avons échappé tout à l'heure... -je m'arrêtai pour replonger dans quelque souvenir avant de reprendre - De plus vous prétendez ne pas m'avoir obligé à intervenir mais c'est pourtant ce que vous avez fait en m'engageant car je n'ai qu'une parole et, m'ayant payé pour vous suivre et vous aider à trouver et tuer cette Anatolia, mon salaire dépend de l'achèvement de cette mission, et en aucun cas votre mort n'en fait partie... Jusqu'à ce que la vampire meurt il est de ma responsabilité de vous garder en vie, question d'honneur! Ensuite vous pourrez vous suicider à votre guise."

En finissant mon discours je me surpris à marteler un clou imaginaire du doigt pour affirmer mes propos. J'arrêtai ce mouvement ridicule et me retournai, prenant alors la tête de la marche et toujours en tournant le dos à Anator:

-"Je connais un raccourcis qui nous mènera à Anatolia car je sais maintenant où elle se trouve. Mais si vous persistez à ne pas me rembourser les 10 Po que j'ai dû débourser en conséquence de vos pulsions charitables, nous allons devoir faire un détour par le prochain village pour la soigner et attendre qu'elle puisse me rembourser elle-même. L'or ne tombe pas du ciel chez moi et la charité n'est pas de mes attributs."

_________________
« Le foie de mon ennemi est le fourreau de mon épée... »
avatar
Alastor Haborym
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 103
Date d'inscription : 28/07/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
1100/20000  (1100/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Leye Xinthas le Mer 22 Aoû - 18:47

Le démon me rattrapa rapidement, ses pas lourds écrasaient le sol avec une fureur contenue. Il me dépassa, posa sa main contre un arbre pour me barrer la route et dit d’une voix froide et désagréable :

-"Tout d'abord, je n'ai jamais prétendu être humain ou démon. Vous m'avez engagé tel que je suis et ma condition ne vous regarde pas à partir du moment où cela n'entrave pas la mission. Je ne vous ai pas harcelé sur le fait que vous étiez masqué et vos manières grossièrement hautaines moi. D'ailleurs vous m'avez dit vouloir que nous soyons mis sur un pied d'égalité hier et je remarque simplement que vous ne respectez pas vos propres préceptes car vous n'hésitez pas à prendre des airs supérieurs en me sermonnant sur mes méthodes et mes états d'âmes. J'ai respecté votre vision du monde chevaleresque en achetant cette elfe que vous vouliez sauver, nous évitant ainsi une mort assurée, alors respectez la mienne! Je sais bien ce à quoi nous avons échappé tout à l'heure... -je m'arrêtai pour replonger dans quelque souvenir avant de reprendre - De plus vous prétendez ne pas m'avoir obligé à intervenir mais c'est pourtant ce que vous avez fait en m'engageant car je n'ai qu'une parole et, m'ayant payé pour vous suivre et vous aider à trouver et tuer cette Anatolia, mon salaire dépend de l'achèvement de cette mission, et en aucun cas votre mort n'en fait partie... Jusqu'à ce que la vampire meurt il est de ma responsabilité de vous garder en vie, question d'honneur! Ensuite vous pourrez vous suicider à votre guise."

Anator le regardait avec malice. Cet homme ou démon ne savait vraiment pas à qui il avait à faire : une élite l’aurait tué pour avoir osé lever la voix sur lui. Il ne comprenait absolument pas les sentiments, il refusait de les comprendre, prenant le désir de sauver un semblable comme un acte de chevalerie. Ses états d’âme étaient tellement étranges et issus d’un monde sans foi ni loi qu’il était évidemment impossible d’en débattre avec lui.
Cependant il avait montré qu’on pouvait avoir confiance en lui et cela Anator l’appréciait simplement. Il observa la gestuelle de son interlocuteur qui semblait en colère en frappant son poing sur sa main et s’interrogea sur les sentiments du colosse. Peut-être avait-il un semblant d’humanité finalement, bien que cela se soit exprimé par la colère. Ou peut-être qu’il avait déteint sur Anator ? Non, impossible ! Anator pouffa de rire doucement, il n’y avait aucune chance qu’un tel morceau soit influencé par qui que ce soit ! Il reporta son attention sur la belle et sourit doucement : bien qu’évanouie et aveugle, elle semblait paisible et il en émanait une impression de vitalité.
Il retourna son regard sur le colosse qui semblait avoir trouvé ridicule de réagir aussi humainement puis l’écouta finir ses propos :

-"Je connais un raccourcis qui nous mènera à Anatolia car je sais maintenant où elle se trouve. Mais si vous persistez à ne pas me rembourser les 10 Po que j'ai dû débourser en conséquence de vos pulsions charitables, nous allons devoir faire un détour par le prochain village pour la soigner et attendre qu'elle puisse me rembourser elle-même. L'or ne tombe pas du ciel chez moi et la charité n'est pas de mes attributs."

Anator fronça les sourcils : il voulait bien le croire quand il disait qu’il ne faisait pas la charité ! Il semblait être sans cœur mais finalement avait pensé à la laisser dans un village non loin de là pour la soigner. Anator sourit de toutes ses dents : quel étrange colosse, quelle étrange contradiction ! Il voulait le connaitre mieux, le cerner mieux, il avait réveillé en lui un profond intérêt. Il accepta de passer outre ses remarques désobligeantes et répondit en s’inclinant doucement :

« Je vous prie de pardonner mes multiples offenses. Je ne voulais point vous blesser ! De plus, mon attitude chevaleresque n’aurait point dû vous importuner. Je paierai pour elle et vous invite ce soir à festoyer en ma compagnie dans la première auberge que l’on trouvera. Demain, nous irons tuer ce vampire… »

Leye connaissait un petit village situé sur le flanc Sud de la forêt. Il était très connu pour ses alcools forts et avait la particularité de servir les étrangers toute la nuit. Il marcha donc dans cette direction, la sueur perlait doucement sur sa nuque à cause de l’elfe. Il commença alors à neiger, les flocons ondulaient doucement dans le ciel avant de s’écraser doucement sur un sol assez chaud pour ne point la contenir. Il pressa le pas, la belle était dans un sale état et très peu habillée. Il la serra plus fortement contre son torse, entoura son manteau sans manche autour d’elle puis serra les dents.
avatar
Leye Xinthas
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 164
Date d'inscription : 18/05/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
3443/20000  (3443/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Alastor Haborym le Jeu 23 Aoû - 12:00

Mon laïus eut l'effet escompté. Si on passait sur les rires intérieurs que l'humain tentait d'étouffer, il prit admirablement bien chacune de mes remarques et présenta immédiatement ses excuses, comme s'il avait attendu que je réagisse de la sorte. Je trouvais cette idée frustrante mais le résultat était satisfaisant: Anator plaidait coupable, me rembourserai et, cerise sur le gâteau, promettait un repas de fête le soir même. L'humain mettait de l'eau dans son vin et j'allais en profiter, assurément!

Le soleil commençait à disparaître à l'horizon et l'air devenait de plus en plus glacial. Bien sûr, je ne ressentais pas vraiment la froidure ambiante, je savais seulement qu'il faisait froid et cela me gênait, la chaleur réconfortante des plaines de Foreoh me manquait. Surtout lorsqu'une fine neige commença à saupoudrer mon visage, brouillant légèrement mon champs de vision. D'ailleurs je ne portait alors aucun vêtement supplémentaire par rapport à d'habitude: toujours une chemise blanche de toile grossière cachant une cote de maille usée et un pantalon de bure attachée par une grosse ceinture à boucle argentée. Rien de plus ne me protégeait d'un vent léger mais frigorifiant.

Ce vent et cette neige commençaient à entamer la vigueur d'Anator qui pressa le pas pour se réchauffer, sans parler de notre rescapée qui était encore moins vêtue que moi, et ce n'était pas le simple manteau que l'humain lui posa dessus qui l'empêcherait de mourir gelée avant qu'on ne soit arrivés. Comme la plupart des démons, j'aimais propager les sévices et la douleur chez mes ennemis, mais regarder un être fragile amoindri mourir bêtement de froid ne m'apportait aucun réconfort. De plus, si elle mourrait, cela entacherait sûrement la soirée qui promettait d'être divertissante d'une ombre funèbre et de silence. Rien ne servait de nuire à une relation entre l'homme et moi déjà tumultueuse avec un autre débat sur l'importance de la mort d'une innocente et de la religion dans ses derniers instants. D'autant que je pouvais y remédier sans difficulté.

Je rompait donc cette atmosphère silencieuse, seulement rompue jusque là par le craquement de la neige de la veille sous nos poids:

-"Laissez-moi la prendre. Elle aura chaud dans mes bras. Vous pourrez récupérer votre manteau."

J'accentuai mes propos avec un hochement de tête affirmé et Anator, encore une fois un peu surpris par mes paroles, me la donna sans vraiment hésiter: cela faisait déjà un moment qu'il la portait et il n'était sûrement pas mécontent de transférer cette charge sur d'autres épaules. Je la plaçai alors dans la cuvette que formaient mes bras imposants, comme si je portais un nourrisson et j'augmentais doucement ma température. Lorsque je jugeai la chaleur que je dégageais suffisante, je stoppai le processus et remarquai les yeux évanouis sévèrement brûlés de l'elfe se détendre. Je me déconnectai alors de la situation et ne fit pas attention à la réaction de l'humain qui marchait maintenant d'un pas plus souple, alors que moi je ne ralentis pas le moins du monde. S'il avait touché mon bras à ce moment, il aurait pu ressentir une grande chaleur s'exhaler de ma peau rude à travers la manche de ma chemise, et c'était peut-être ce qu'il fit; moi j'étais trop perdu dans mes pensées, à l'idée de ce que je pourrai engloutir et boire en arrivant à l'auberge, pour y faire attention.

Tout à coup, j’aperçus au loin de petites loupiotes briller dans la nuit à l'entrée d'une bâtisse rustique et bucolique. Nous devions sûrement être arrivés, et j'entendais la respiration calme de l'elfe qui dormait commencer à accélérer le rythme: elle allait bientôt se réveiller...

_________________
« Le foie de mon ennemi est le fourreau de mon épée... »
avatar
Alastor Haborym
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 103
Date d'inscription : 28/07/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
1100/20000  (1100/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Leye Xinthas le Ven 31 Aoû - 14:44

Anator avait froid, terriblement froid… : portait la demoiselle était une épreuve insoutenable dans la brise glaciale de l’hiver dévorant. C’est alors qu’Alastor lui dit qu’il prendrait la belle. Anator le regarda avec surprise : il était étonnant que cet homme essaye de l’aider. Cependant il jugea bon de ne rien demander et offrit la précieuse demoiselle à ses bras forts et musclés. Cet homme était vraiment étrange et il appréciait cela, peut-être était-il humain finalement, et peut-être qu’un cœur se trouvait dissimuler dans ses entrailles titanesques ? Anator se dit qu’il ne le saura jamais et cependant que plus le temps passait, et plus il avait envie de connaître ce géant extrêmement perturbant.

Soudain alors qu’il contemplait la face de son interlocuteur, il le frôla et ressentit une douce chaleur émanant du corps du colosse qui réchauffait la belle demoiselle. Anator en resta bouche bée et fixa le colosse avec des yeux aussi ronds que des billes : Alastor est un démon. Il n’y avait plus de doute là-dessus mais surtout, Alastor était un démon qui utilisait sa magie pour réchauffer une pauvre créature sans défense. Cela était vraiment improbable et emplit Anator de nombreux sentiments parmi lesquelles on pouvait retrouver l’affection. Il voulait le connaître, désormais il le souhaitait vraiment ! Il voulait lui parler, le comprendre, l’appréciait peut-être même !

Enfin à l’ombre d’un bosquet devant la lune qui s’apprêtait à se lever, une grande bâtisse apparue à l’horizon ! L’auberge ! Anator était ravi, il commençait à ne plus sentir ses pieds, ses mains et son nez, et son rythme cardiaque avait beaucoup baissé. Le manteau qu’il avait rcupéré grâce au colosse ne lui avait pas tenu aussi chaud qu’il le souhaitait et il aurait fallu peu de temps avant qu’il tombe totalement gelé. Il s’approcha d’un pas assuré vers la maison quand un petit son féminin se fit entendre dans les bras du colosse.

Il se retourna, regarda le colosse puis la demoiselle et se surprit à apprécier qu’elle soit aveugle pour qu’elle ne meurt pas d’un quelconque mal aise en voyant le visage du démon. Cependant il se passa quelques choses qui surprit tout le petit monde. La jeune femme aux yeux brûlés se réveilla doucement. Elle tâtonna autour d’elle et se surprit à sentir les bras musclés d’un homme qu’elle qualifia sans aucun doute de géant. Enfin sans lui demander une quelconque permission, elle toucha son visage et sans que l’on sache pourquoi réellement, elle s’écarta de toutes ses forces, complètement tétanisé. Elle cria, gesticula, aboya qu’on la laisse descendre, se débattit, frappa le colosse qui n’avait sûrement ressenti cela comme des caresses.

C’est alors qu’un grand rire se fit entendre : la demoiselle se retourna vivement sans voir et toute personne douée de vision put voir un Anator pliait en deux, riant de toutes ses forces avec une profonde innocence. Finalement il réussit à dire d’une voix saccadée :

« Mais…M... -Ah Ah- mais comment tu… tu fais pour lui faire peur même si elle... ne te voit pas, mon ami ! Comment tu f… »

Il ne put finir sa phrase, trop empêtrer dans un fou rire incontrôlable.
avatar
Leye Xinthas
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 164
Date d'inscription : 18/05/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
3443/20000  (3443/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Alastor Haborym le Ven 31 Aoû - 21:32

Lorsque l'elfe s'éveilla tout à fait, elle s'étira doucement, comme si elle se réveillait d'une longue sieste un après-midi d'été. Mais le retour à la réalité se révéla visiblement plus traumatisant que je ne l'avais prévu. A cause de sa cécité, les informations devaient lui parvenir autrement, et c'est après m'avoir palpé le visage qu'elle reprit vie brutalement! Les cris, les coups jaillirent dans une gesticulation maladroite. Elle devait être folle pour réagir d'une manière aussi hystérique. Je n'avais donc plus besoin de la porter puisqu'elle avait retrouvé tant d'énergie. En plus, Anator pouffait déjà ostensiblement. Cette situation ne me plaisait pas, être ainsi le point de mire et la cause de telles réactions en particulier.

J'exauçai donc le voeu de la femme et la posai sur le sol enneigé. Quitter la douce atmosphère de mes bras pour plonger ses pieds nus dans la poudreuse, et ressentir tout à coup le vent glacial, la pétrifia sur place. Elle recommença à grelotter instantanément et se prit dans ses propres bras pour se frictionner. Moi, je la dépassai et continuais mon chemin pour rejoindre l'auberge, une centaine de mètres plus loin.

-"Si c'est si drôle, vous n'avez qu'à la reprendre..."

Je marchai sans me retourner et poussai la porte en bois qui me séparait encore du festin qui m'avait été promis. Je baissai la tête comme d'habitude pour pénétrer dans une pièce vide, chaude, où crépitait quelques bûches dans une âtre noire de suie, mais dépourvue du moindre client ou même du moindre gérant. Il me faudrait donc encore attendre... J'avais décidément connu de meilleurs jours. Je pris donc place sans faire le moindre effort de discrétion - quelqu'un finirait bien par entendre et venir - à une des trois petites tables, posai mon épée dans un recoin de mur à ma gauche et m'affalai sur la banquette. C'était fou comme tout dans ce endroit semblait petit. Je pouvais voir mes pieds dépasser de l'autre côté de la table et le plafond menaçait de m'égratigner le haut du crâne à chacun de mes pas. C'était bien là une demeure d'humain.

J'attendis une bonne minute pour enfin voir un homme vraisemblablement âgé pénétrer dans la pièce principale. Il était vêtu d'un tablier bleu élimé et portait une paire de bacchantes grises sur son visage jovial. Sa bonhomie sembla s'envoler lorsqu'il me vit et que nos regards se croisèrent. Ce genre de réaction m'était familier, mais mon humeur ternie par les derniers événements devaient également se lire sur mon visage, pour ajouter au malaise et à la peur de mon hôte. Il bégaya quelque chose d'inaudible, sans approcher davantage et alors que j'allais ouvrir la bouche pour passer commande, la porte que je venais de franchir s'ouvrit.

_________________
« Le foie de mon ennemi est le fourreau de mon épée... »
avatar
Alastor Haborym
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 103
Date d'inscription : 28/07/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
1100/20000  (1100/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Leye Xinthas le Sam 1 Sep - 13:23

Anator comprit par les propos du colosse qu’il était tout à fait déplaisant pour lui d’être sujet à la moquerie. Il ne regarda aucun de ses compagnons lorsqu’il entra dans l’auberge et disparut derrière une porte trop petite pour sa carrure.

Anator continua à rire un petit moment en tenant son bassin avec ses bras : il ne pouvait s’empêcher de pouffer de rire… Cependant lorsqu’il leva la tête et vit la demoiselle sans orbite dirigeait son visage vers le ciel, il ressentit de la compassion pour cette pauvre créature et s’avança doucement vers elle en prenant soin de ne pas violer son espace privé.

« Mademoiselle –elle sursauta- je ne vous ferais aucun mal, je vous assure… Vous grelottez et ne voyez rien, il y a une auberge à moins de 50 mètres d’ici… Venez avec moi, je vous paierais des soins, de la nourriture et un lit chaud pour vous loger »

La demoiselle recula vivement, prit de panique, elle tendit les mains devant son visage comme pour se protéger et cria :

« Ne m’approchez pas ! Arrêtez, laissez-moi ! »

Anator ne bougea pas, il savait que la demoiselle avait subi un triste traumatisme… ces yeux brûlés et encore rougis montraient des blessures récentes d’un ou deux mois. Il la regarda avec un profond sentiment de pitié et lui dit d’une voix douce :

« Madame, je vous implore de rentrer dans cette auberge et promets de ne rien vous faire. Je vous donne ce couteau il s’approcha d’elle et malgré ses gesticulements lui posa une dague dans la main- s’il s’avère que je vous ai menti, vous n’aurez qu’à me trancher la gorge. »

L’elfe se calma rapidement et sembla regarder vers Anator, elle resserra sa main sur le pommeau du couteau et hocha la tête en signe d’acquiescement. Anator posa son manteau sur elle et attrapa un bout de bois sur le sol avant de le mettre dans sa main.

« Avec cela, je pourrais vous guider sans vous toucher… »

Il attrapa le deuxième embout et s’approcha de l’auberge. La demoiselle qui n’avait rien dit jusqu’alors, prononça d’une voix tremblotante :

« Je… qui était ce monstre… pourquoi me portait-il… c’est lui qui m’a tué, qui m’a arraché les yeux et brulé, c’est lui ! »

Anator s’arrêta juste devant l’entrée de l’auberge et se retourna vers elle. Il dit d’une voix forte :

« Non, madame. Vous vous trompez sur cet homme. Ce n’est point votre bourreau… Je peux même vous dire qu’il est votre sauveur. Il vous a délivré des griffes d’un démon en le combattant et vous as porté pour vous réchauffer et vous empêcher de mourir de froid dans mes bras glacés. Il n’est pas le criminel que vous pensez… »

La demoiselle ne montra aucun sentiment de surprise ou de culpabilité. Anator se retourna et entra enfin dans l’auberge. Une lumière chaleureuse éclairait une pièce de taille moyenne. Un feu crépité dans une petite cheminée en pierre. L’auberge était vide de client mais l’on pouvait voir deux employés dont le gérant discuter. L’un des deux le regarda avec un soupçon de joie comme si les deux individus allaient les protéger d’un fléau. Anator regarda doucement autour de lui et vit son compagnon assis sur une banquette non loin de là, il s’approcha de lui et fit assoir la demoiselle à leurs côtés. Le gérant qui avait d’abord été soulagé de voir ce petit monde devint blanc comme l’ivoire : il est vrai que voir un colosse, un homme masqué habillé en noir et une femme en haillon aveugle devaient paraître bien étrange, sinon inquiétant…

Il s’approcha tout de même d’eux et leur demanda d’une voix craintive leur souhait. Pendant ce temps, la belle demoiselle qui avait senti le colosse à côté d’elle, baissa la tête et dit d’une voix qui se voulait calme :

« Monsieur, je vous remercie de m’avoir sauvé et porté… Je… Je m’excuse pour cet élan de panique… je ne voulais point vous insulter… je vous ai pris pour quelqu’un d’autre … »

Anator qui ne voulait pas écouter leur conversation s’en alla vers le bar et commanda une boisson alcoolisée tout en demandant trois chambres et des soins pour la demoiselle. La personne qui se trouvait au bar était un jeune humain aussi blond que le gérant au regard vicieux et au sourire fourbe. Il n’inspirait pas confiance à l’homme masqué qui lui dit :

« Vous avez peu de clients… Connaissez-vous la raison à cela ? »
avatar
Leye Xinthas
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 164
Date d'inscription : 18/05/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
3443/20000  (3443/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Alastor Haborym le Sam 1 Sep - 15:23

Anator entra, tenant un bâton au bout duquel se tenait l'elfe transie. Le gérant à la moustache fut rejoint par un autre humain, plus jeune, auquel il sembla donner quelques consignes. L'apparition de mes deux compagnons fit sensation auprès d'eux. Le vieux grisonnant s'interrompit et afficha un air soulagé, enfin jusqu'à ce qu'Anator se dirige vers moi et n'assoit la blonde à mes côtés. Lui qui pensait sans doute avoir trouvé des alliés contre un éventuel cas à problèmes - moi - ne pouvait désormais que serrer les dents en constatant que les nouveaux arrivants étaient avec moi.

La fille qui se tenait à ma droite, sur le côté le plus près du feu qu'offrait la banquette de reps, n'en restait pas moins tendue, semblant fixer la table de ses yeux brûlés. Son teint se partageait encore entre une pâleur extrême et la rougeur presque violacée de ses joues. Dans cette tenue, bien trop dénudée pour ne pas susciter l'émoi d'un puceau, une beauté que je n'avait pas perçue jusque là émana de la jeune fille. Et alors qu'Anator nous quitta pour rejoindre le comptoir, elle me fit entendre sa voix pour la première fois. Une voix douce bien que légèrement éraillée. Sûrement à force de crier sous la torture de Korvak.

-"Monsieur, je vous remercie de m’avoir sauvé et porté… Je… Je m’excuse pour cet élan de panique… je ne voulais point vous insulter… je vous ai pris pour quelqu’un d’autre…"

Décidément, ces derniers temps tout le monde semblait n'avoir que des excuses à la bouche! Mon regard se perdit un instant dans des méandres de cheveux hirsutes d'un blond si clair qu'ils apparaissaient blancs par moment, puis sur un corps fragile et meurtri avant de finir sur des mains qui s’étreignaient mutuellement. J'allais lever la main en signe que ça n'importait pas mais je me rappelai au dernier moment qu'elle ne voyait pas - les rougeurs caractéristiques autour de ses yeux auraient pourtant dû ne pas me le faire oublier - et lâcha laconiquement:

-"Pas grave."

Puis au gérant qui s'était approché avec précaution, toujours en bredouillant:

-"Un assortiment de ce que vous avez de meilleur pour la tablée et une bouteille de ce que vous avez de plus fort pour moi, la demoiselle prendra sans doute quelque chose de chaud - un regard en direction de l'elfe qui acquiesça - et pour la note c'est lui qu'il faudra voir."

Un coup de menton vers Anator suffit à faire repartir l'hôte d'où il était venu après une formule de politesse commerçante énoncée à mi-voix - peut-être retrouverait-il un usage normal de la parole avant la fin de la soirée à ce train là - et il disparut derrière une portière en velours rouge sang. Anator discutait toujours avec le jeune humain au comptoir.
Quelques minutes passèrent, en silence à notre table, après lesquelles un vacarme d'ustensiles ménagers se fit entendre derrière le voile rouge. Intrigué et surtout par réflexe, je portait la main sur mon épée et fit mine de me lever. Soit le vieil homme avait engagé trop d'effectif pour une soirée si pauvre en clients, soit les présences que je pouvais sentir à présent dans la cuisine et aux alentours de l'auberge n'étaient pas prévues. Et quand ce n'est pas prévu, c'est rarement bon, c'est du moins ce que mon expérience m'avait appris.

J'arnachai donc Azghûl à mon flanc et préférai m'équiper de la dague qui était dans ma botte. Je jetai un coup d'oeil à Anator avant de le rejoindre, laissant l'elfe seule à la table après lui avoir ordonné de ne pas bouger. L'affaire pouvait être sérieuse et mieux valait ne pas avoir une gamine dans les pattes...

_________________
« Le foie de mon ennemi est le fourreau de mon épée... »
avatar
Alastor Haborym
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 103
Date d'inscription : 28/07/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
1100/20000  (1100/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Leye Xinthas le Lun 3 Sep - 14:17

Décidemment Anator n’aimait pas le moins du monde l’homme avec qui il entretenait une discussion remplit de faux-semblant. L’homme le scrutait comme s’il cherchait à savoir s’il lui apporterait une source de gain ou quelque chose dans le genre.

C’est pourquoi il ne fut pas étonné de voir m’homme tressaillir devant la question indiscrète d’Anator. Il leva les yeux en l’air puis contempla furtivement la pièce comme pour chercher une porte de sortie avant de dire d’une voix mielleuse :

« Peut-être que la saison éloigne les clients ? »

Anator fronça les sourcils et regarda l’homme comme pour chercher à comprendre ce qu’il cachait. Il transpirait abondamment, ses yeux étaient vifs semblaient attendre impatiemment quelque chose. Son front plissé et son sourire sans joie dévoilaient un homme envahi par le doute et le stresse. Ils parlèrent encore un petit moment de tout et de rien quand tout à coup, un bruit se fit entendre en cuisine. Tout le monde regarda en cette direction : ce n’était point normal qu’autant de grabuge se fasse pour une flopée de clients. Le serveur sortit du bar, heureux de pouvoir échapper aux questions d’Anator et s’enfonça dans les cuisines.

Anator regarda le démon qui semblait se préparer à riposter. Il comprit alors que son instinct ne l’avait pas trompé, ils allaient sans aucun doute se faire attaquer : le colosse en tant qu’originaire de la race des démons devaient avoir un sens aiguisé du danger. Il s’approcha de son compagnon qui avait sans aucun doute donné des ordres mais avant qu’il n’ait pu l’atteindre, un groupe de malfrats enfonça la porte et fit irruption dans l’auberge :

« Alors Gorgio, la pêche a été bonne ? » dit-il au gérant avec un sourire mauvais.

« Oh oui ! » répondit l’autre, désormais paisible.

« Bien, bien, bien, alors qu’avons-nous là ? »

L’homme aux visages balafré par une énorme cicatrice regarda vers les trois compagnons. Il scruta d’abord Anator qui a sa réaction devait paraître bien étrange avec son masque. Le malfrat le regarda de bas en haut avec un petit rictus moqueur : il analysait sûrement le danger potentiel que pourrait représenter un maigrelet comme lui. Il comprit qu’il savait se battre mais n’en parut pas le moins du monde décontenancé, plusieurs hommes pourraient sans aucun doute en finir avec lui. Il reporta son regard sur la demoiselle assise sur le banc et se lécha les babines : Anator fut heureux qu’elle ne pût jamais le voir. Enfin il contempla le colosse et en resta bouche bée : il le regarda de haut en bas sans cligner des yeux, recommença deux ou trois fois s’en se rendre compte que son silence témoignait de sa crédulité. Enfin il ravala sa salive et comprit l’erreur qu’il avait commise en osant menacer le géant.
avatar
Leye Xinthas
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 164
Date d'inscription : 18/05/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
3443/20000  (3443/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Alastor Haborym le Lun 3 Sep - 18:18

Au moment où nos regards, à Anator et moi, se croisèrent et qu'il s'avança dans ma direction, une demi-douzaine d'hommes se déversa dans la pièce principale depuis la cuisine. Ils ne semblèrent pas me voir, peut-être me prenaient-ils pour une nouvelle armoire d'avant-garde ou encore n'avaient-ils pas réalisé sur le coup que la masse qui remplissait l'espace du sol jusqu'au plafond, non loin de l'elfe, était une vraie personne et pas une hallucination. Un petit balafré, à peu près de la même taille qu'Anator, prit la parole à l'adresse du gérant qu'il sembla connaître voire avoir pour associé dans l'affaire qui amenait la bande. L'air plus détendu du vieux moustachu depuis leur arrivée ne trompait pas.

L'estropié scruta tout d'abord mon employeur, qu'il toisa, avant de reluquer l'elfe en guenilles. Enfin, il prit conscience de ma présence: sa mâchoire sembla se décrocher et les mots lui manquer. La réalité lui tomba sur les épaules et tout le monde put l'entendre déglutir. Les rôles s'inversèrent et les intrus parurent moins sûrs d'eux tout à coup. Pendant quelques secondes, je me délectai de ce revirement de situation qui virait au comique, et de ces airs hébétés sur ces visages trop sûrs d'eux une minute auparavant. *Les humains!* Un souffle de dédain s'échappa de ma gorge et je crus voir le balafré tressaillir: j'aime tellement inspirer la peur.

Un silence s'installa. Je ne le rompit pas, voulant profiter de cette atmosphère encore un peu et préférant accentuer encore le malaise des assaillants. Je levai doucement la main gauche au dessus de sa tête et lui posai dessus. Il ne bougea pas, suprême délice! Alors je me penchai pour approcher mon visage du sien:

-"A ta place je partirai. Sauf si toi et tes amis voulez mourir. - nouveau silence, puis pour faire réagir mon interlocuteur, d'une grosse voix rauque - PARTEZ!!!!!!"

Après avoir soufflé mon haleine dans un visage blême par ce cri, je repoussai vivement la tête que je tenais dans ma main, sur ces mots qui suscitèrent un dernier soubresaut chez le balafré qui trébucha, avant de fuir par où il était venu. Ses sbires le suivirent sans attendre et le gérant hésita un instant à les suivre. Il l'aurai certainement fait si je n'avait pas rappelé que j'attendais toujours ma commande. Les moustaches tremblantes baragouinèrent d'autres sons incompréhensibles avant de reculer distraitement vers la cuisine où nous pûmes l'entendre s'atteler à la cuisine. Une fois le calme revenu, je repartis m'asseoir et rangea ma dague de Fresb. Tout ça m'avait énervé...

_________________
« Le foie de mon ennemi est le fourreau de mon épée... »
avatar
Alastor Haborym
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 103
Date d'inscription : 28/07/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
1100/20000  (1100/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Leye Xinthas le Mar 4 Sep - 11:49

Anator qui ne savait plus où se mettre : il pouffait de rire intérieurement !

Les hommes du malfrat avaient déguerpi comme si le pire des démons était à leur trousse (quoique cela ne doive pas être loin de la réalité). Le gérant balbutiait des mots incompréhensibles et s’empressait de retourner au fourneau préparé ce que les compagnons lui avaient demandé. Le colosse qui semblait un peu en colère s’était assit sur le banc le regard mauvais. Le pauvre elfe ne comprenait rien et tenté de voir de ses yeux opaques les deux réactions de ses compagnons.

Anator qui n’en pouvait plus de se retenir prétexta qu’il devait parler au gérant et s’enfonça dans les cuisines pour exploser de rire. Le gérant qui avait sursauté en le voyant sourit d’un air coupable, entre la gêne et la peur. Anator qui l’avait vu continua à rire et posa son bras sur les épaules du gérant comme pour l’inviter à rejoindre son état d’esprit. L’homme commença à s’y laisser prendre quand soudain Anator posa une dague sous sa gorge et lui dit d’une voix froide et autoritaire :

« Tu as de la chance qu’Alastor ait été calme… cependant tu as tout de même réussi à réveiller ma colère ! »

L’homme trembla de tout son cœur, ces yeux regardaient le plat avec terreur.

« Maintenant tu vas m’écouter : si jamais je te surprends encore une fois à vouloir nous attaquer, je te coupe ta misérable langue. Et pour la peine, l’ensemble de nos demandes sera exaucé gratuitement, ai-je été clair ? »

Anator resserra son emprise sur la dague qui avait commencé à percer la peau et avait laissé couler un petit filet liquide de sang. L’homme déglutit difficilement et hocha la tête vivement.

Anator lui tapota l’épaule et le félicita avant de sortir de la cuisine. Il revint auprès de ses camarades et leur dit joyeusement :

« Eh bien, prenez ce que vous souhaitez, ne vous gênez surtout pas ! »

Il s’assit à côté de la belle. Deux autres clients, deux hommes entrèrent dans l’auberge et tout redevint normal. Anator regarda autour de lui avec mélancolie puis s’adressa à la belle demoiselle d’une voix douce :

« Madame, comme vous le comprenez, vous ne pouvez nous suivre. Une mission nous attend. Il faut que l’on vous trouve un moyen de rentrer chez vous ! »
avatar
Leye Xinthas
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 164
Date d'inscription : 18/05/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
3443/20000  (3443/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Alastor Haborym le Mar 4 Sep - 21:08

Une fois revenu sur ma banquette, je pus voir Anator se diriger vers la cuisine avant de l'entendre rire sans retenue comme l'autre fois, devant l'auberge. Mais cette fois je n'étais pas le sujet de la moquerie et en repensant aux malfrats et à leur fuite ridicule, j'esquissai un sourire. A côté de moi, en attendant que mes commandes arrivent enfin, je jetai encore un coup d'oeil à l'elfe. Celle-ci était presque aussi crispée que lors de son réveil. Le remue-ménage de tout à l'heure avait dû la secouer, d'autant plus qu'elle n'avait rien vu. Son regard vide était fixe et ses paupières figées. C'est pourquoi je décidai une nouvelle fois de lui concéder un peu de pitié en lui parlant.

-"Il n'y a plus d'inquiétude à avoir: les rats ont quitté le navire. Vous pouvez vous détendre, les victuailles ne devraient plus tarder."

Je n'avais pas l'habitude de rassurer les gens, bien au contraire, mais mes mots semblaient l'avoir apaisée. Anator revint sur ces entrefaites et annonça ce que j'avais déjà pris pour acquis. C'est-à-dire que la carte était à notre disposition. Soit! J'y ferai honneur. C'est ensuite à l'elfe qu'il s'adressa:

-"Madame, comme vous le comprenez, vous ne pouvez nous suivre. Une mission nous attend. Il faut que l’on vous trouve un moyen de rentrer chez vous!"

J'acquiesçai de la tête quand je vis la première fournée arriver. Mon estomac se fichait des problèmes de la fille et il commençait à me le faire savoir. Surtout qu'en aucun cas mes compétences ne pouvaient l'aider cette fois. J'en avait déjà assez fait.

_________________
« Le foie de mon ennemi est le fourreau de mon épée... »
avatar
Alastor Haborym
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 103
Date d'inscription : 28/07/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
1100/20000  (1100/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Leye Xinthas le Sam 8 Sep - 15:59

Anator regarda avec insistance un colosse qui ressemblait désormais à un glouton affamé qui semblait déconnecté du monde. Il haussa les épaules puis abandonna, décidément cet homme semblait ne s’intéresser qu’à son repas. Il tourna donc ses yeux vers la jeune elfe qui semblait tout à coup désorienté. Elle dit d’une voix stridente :

« Mais, je ne vous gênerais pas, prenez-moi sous votre aile, je serais exemplaire, je vous le promets ! Je ferais tout ce qu’il faudra, s’il vous plaît. »

Les yeux implorants de la demoiselle firent perdre Anator de tous ses moyens. Il posa doucement sa main sur son épaule et lui dit d’une voix douce :

« Mademoiselle, on ne peut vous emmener, j’en suis désolé… Nous devons réellement vous trouver des compagnons de voyages ! »

La demoiselle sanglota doucement puis baissa la tête sans prononcer aucun mot. Anator leva la tête : deux hommes, habillé chaudement et couvert de bijoux en or était entré dans l’auberge. Il semblait rire, et trinquait joyeusement à leur bonne fortune. Anator qui devina à leur gestuelle qu’ils étaient marchands s’approcha d’eux et leur dit d’une voix joyeuse :

« Bonjour messieurs, je suis heureux de vous voir ! J’ai justement des informations à vous communiquer sur cette auberge ! Mais bien sûr, ce ne sera pas gratuit. »

Le plus vieux, qui avait une longue barbe blanche et de petits yeux intelligents, répondit d’une voix bourrue :

« Eh bien, voilà un jeune homme bien insolent ! Qui se cache derrière un masque en plus ! La belle affaire, qui voudrait croire un bambin tel que toi, mon garçon ! »

Le second homme ricana bruyamment. Anator sourit doucement :

« C’est vrai qui aimerait croire le chef de la guilde des Hunters… cette même guilde qui a escorté bien des marchandises pour votre compte, et qui vous a sauvé à maintes reprises des attaques vampiriques… »

Anator montra son emblème où l’on pouvait voir son assignation à la guilde puis feint de s’en aller.

Le plus jeune retint son bras et lui dit avec empressement :

« Excusez-nous, monsieur… nous ne savions pas, que voulez-vous en échange de votre offre d’information. »

Anator sourit doucement derrière son masque puis s’assit sur une chaise :

« Vous voyez cette jeune elfe là-bas… Je veux que vous l’emmeniez avec vous et que vous la traitiez bien ! Elle est aveugle, il faudra être donc bon avec elle. Elle a subi un traumatisme et a longtemps été maltraitée. Je veux que vous trouviez des personnes bonnes qui pourront veiller sur elle… au pire, emmenez là auprès de la reine des elfes, elle saura quoi en faire !»

L’homme un peu plus vieux, tapota ses mains doucement sur la table, il semblait mal à l’aise…

« L’information doit valoir le coup pour passer un tel traité avec vous, jeune homme. »

« Jugez là alors comme il se doit. Cette auberge est un traquenard, l’aubergiste là-bas travaille avec un groupe de malfrat armé jusqu’aux dents qui prennent plaisir à dépouiller les pauvres hommes qui auraient la manie de vouloir se reposer. La seule raison pour laquelle vous êtes encore maître de vos biens, c’est que ces hommes ont eu une peur de ce colosse –Anator fit un signe de tête vers Alastor- cependant je ne doute pas que lorsque l’on s’en ira, ils reviendront vous dépouiller… »

Les deux hommes le regardèrent avec de grands yeux : ils étaient interloqués par l’homme de deux mètres de hauteur mais aussi par le traquenard qu’il n’avait pas vu avant. Ils sourirent au chef de la guilde et le remercièrent en promettant de veiller sur le petit elfe. Ensuite Anator leur offrit la nourriture et la boisson puis continua à discuter avec eux.

Un peu plus tard, alors que la soirée battait son plein, la conversation dévia sur le domaine du conteur et les nombreux évènements inquiétants qui se déroulaient sur ses terres :

« Oui, vous ne saviez pas ? Il paraîtrait qu’un vampire a déchiqueté l’ancien gardien du domaine et ait choisi son logis comme lieu de rassemblement pour les membres de son espèce. Tous les voyageurs évitent ce coin-là désormais… Il paraîtrait aussi qu’elle a transformé tout un village en vampire sanguinaire… Ils vont bientôt attaquer cela ne fait aucun doute ! »

Anator se releva de sa chaise et s’avança vers le plus jeune des deux hommes avec un profond intérêt. Cependant le plus vieux des marchands, le rabroua gentiment et la conversation dévia sur autre chose…

Anator qui comprit rapidement que ce sujet était tabou sorti de l’auberge pour prendre l’air et penser à toutes les informations qu’il venait d’avoir… Il fallait agir vite, peut-être même qu’il fallait les combattre ce soir…

avatar
Leye Xinthas
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 164
Date d'inscription : 18/05/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
3443/20000  (3443/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Alastor Haborym le Sam 8 Sep - 22:14

J'avais déjà engloutis la ration de quatre hommes et rien ne semblait m'arrêter. La cuisine n'était pas excellente mais elle avait l'avantage de combler le creux de mon estomac de bien belle manière. L'aubergiste en aurait pour ses frais et y repenserait à deux fois la prochaine fois qu'il lui viendrait l'idée de jouer un mauvais tour à Alastor! Mes deux compagnons n'avaient pas l'air d'avoir mon appétit. L'elfe mangeait avec parcimonie ce qu'elle réussissait à attraper dans son assiette. Sa cécité l'handicapait vraiment. Anator, lui, fut rapidement distrait par deux hommes affichant sans méfiance leurs breloques en or. Ils étaient à une table assez proche de la nôtre, suffisamment du moins pour qu'en tendant l'oreille je puisse surprendre ce qu'ils se disaient, en partie.

Le masque comptait confier l'elfe à ces inconnus. Comment pouvait-il accorder la moindre confiance à ces hommes aux allures de voleurs, ou de marchands, - ce qui revenait au même - surtout dans ce boui-boui où les truands avaient la main mise. Leur parole ne me suffisait pas. Je n'avais pas sortie cette fille des griffes de Korvak pour la remettre dans celles d'un possible marchand d'esclaves. Quelques années auparavant, alors que j'escortait une caravane de négociants, j'avais eu l'occasion d'estimer la valeur d'une parole de commerçant, à leur plus grand déplaisir d'ailleurs. Une fois leur conversation terminée et ma chopine une nouvelle fois vidée, prête à être de re-remplie, mon acolyte du moment sortit de l'auberge.

J'en profitai pour aller dire mes amitiés aux deux autres seuls clients de l'auberge. Alors que j'approchai de leur table et que mon ombre les surprit, je m'assis à leur côté après un rapide "je peux?" qui n'attendait aucune réponse. C'est alors qu'à mi-voix et d'un ton placide, je leur expliquai ce qu'il adviendrait de leurs carcasses une fois que j'en aurai fini avec eux si la jeune fille derrière moi ne se trouvait pas au lieu que je leur indiquai à Treilka, et en bonne santé, lorsque j'y retournerai. Bien sûr, je n'avais pas l'intention de remettre les pieds dans cette ville une fois la mission achevée, mais cela ils ne le savaient pas.

Une fois certain qu'ils avaient bien compris, et après avoir relevé leurs identités qu'ils avaient, comme la plupart des gens de leur espèce, gravés sur leurs bijoux tape-à-l'oeil, je rejoignis ma place. Mon intervention avait eue pour conséquence d'interrompre leur joyeuse causerie pour la soirée. Un dernier regard insistant dans leur direction appuyé d'un doigt sur la bouche pour leur signifier de se taire sur ce qui venait d'être dit et je m'adressai à l'elfe pour la dernière fois.

-"Soyez tranquille. Vous ne craindrez rien avec ces messieurs."

C'est donc la conscience légère comme une plume que je sortis rejoindre Anator. Là il me dévoila ce qu'il venait d'apprendre et ce qu'il avait en tête. Après quoi je l'invitai à retourner à l'intérieur, à l'abri d'oreilles vampiriques indiscrètes pour lui exposer mon point de vue:

-"Agir maintenant en prenant d'assaut le manoir serait inutile. La plupart d'entre eux sont en chasse, y compris Anatolia, en ce moment même. Nous devrions attendre demain pour attaquer: le soleil les forcera à se regrouper au manoir et dans ses dépendances, et nous avantagera pour en éliminer un maximum en les grillant sur place. Ce qui ne sera pas du luxe s'ils sont aussi nombreux que vous le dîtes. Ensuite nous n'aurons qu'à finir le travail.
De plus une bonne nuit de sommeil vous mettra en de meilleures dispositions et nous donnera l'occasion d’échafauder un plan. Car si ce que vous dîtes est exact, nous devons nous attendre à être deux contre une armée."


Pour discuter nous nous étions assis à une autre table, la plus éloignée de l'elfe, des camelots et surtout de la cuisine où s'agitait encore les deux traîtres de l'auberge.

_________________
« Le foie de mon ennemi est le fourreau de mon épée... »
avatar
Alastor Haborym
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 103
Date d'inscription : 28/07/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
1100/20000  (1100/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Leye Xinthas le Lun 10 Sep - 14:03

Anator fut rapidement rejoint par Alastor. Il lui révéla ce qu’il lui avait été dit par les deux marchands et en profita pour dévoiler son plan. Alastor qui avait été très sérieux jusqu’ici, l’invita à rentrer dans l’auberge pour éviter d’être surpris par un potentiel espion et le fit assoir à une table éloignée de toutes les oreilles indiscrètes. Il parla avec sagesse et lui expliqua son point de vue à propos de son dessein : cela était inutile d’aller voir les vampires maintenant.

Il est vrai qu’il n’avait pas tort. Les vampires devaient effectivement être en pleine chasse à ce moment-là, il serait suicidaire d’aller les provoquer alors qu’ils étaient en pleine possession de leur moyen… La journée leur serait plus propice et puis comme il l’avait fait remarquer, ils allaient sûrement se battre ensemble contre une armée. Il acquiesça simplement en pensant qu’il avait failli agit stupidement.

« Merci, vos conseils me sont précieux. Je ferais comme vous dîtes… »

Anator qui commençait sérieusement à avoir la bouche sèche fit signe au serveur d’apporter deux pintes d’un délicieux breuvage dorées:

« Vous accepterez bien de boire un peu… j’avoue avoir envie de connaître un peu mieux vos limites… J’ai besoin de me sortir toutes ses choses de la tête. Vous me rejoignez au bar ?»

Anator se leva tranquillement sans attendre de réponse et demanda à l’un des traitres où se trouvaient les latrines. Il devait être au mieux de sa forme pour pouvoir réellement boire. Il avait déjà participé à de nombreuses beuveries en tant que Leye et avait souvent vaincu les hommes les plus aguerris. Il se rappelait des nombreuses bagarres qui avaient résulté de cela et les nombreuses fois où Adriann, son général avait été obligé d’y participer. De plus, faire un duel avec un colosse… c’était un vrai challenge !
Il entra dans les latrines avec le sourire et enleva son masque. Il se passa le visage sous l’eau, mit des lentilles marrons et cacha ses cheveux derrière un bandeau. Lorsqu’enfin il allait mettre une longue capuche sur son visage pour cacher l’ensemble de ses traits, le traitre le plus jeune entra, un couteau de cuisine à la main.

Pour le coup Leye ne perdit pas son sang-froid : il l’attrapa, pointa sa main sur ses yeux, prit le couteau entre les mains du jeune homme et le positionna devant une petite glace pour voir ses expressions.

« M’as-tu vu ? »

« Non… non… votre Maj… Monsieur… »

Anator resserra son emprise sur l’homme. Tout tournait dans sa tête, que devait-il faire ? En tant que chef de la guilde des hunters, il ne devait jamais dévoiler son véritable visage, cela pourrait détruire sa notoriété et son emprise sur la guilde. De plus, quiconque venait à découvrir l’identité d’un membre de la guilde devait mourir. Cependant le jeune homme avait une famille, et sûrement des amis, même si c’était un escroc, il n’avait aucun droit de vie ou de mort sur lui… Il soupira, il n’avait pas le choix… Il retira sa main des yeux de son agresseur et le regarda droit dans les yeux :

« Je ne peux vous laisser en vie, mes condoléances à votre famille »

Il l’égorgea. Le sang gicla de tous côtés, chaque parcelle de son corps se débattait. Il tint la main sur sa gorge avant de s’écrouler sur le sol, mort.

Anator mit son écharpe autour de son cou et posa sa capuche sur la tête. Il contempla l’homme gravement et entreprit de ressortir des toilettes lorsque le gérant fit son apparition. Anator qui sentait une colère incommensurable monté en lui, le poussa sauvagement sur une table proche de l’elfe aveugle puis posa son couteau maculé de sang sur sa gorge avant de vociférer :

« Votre acolyte est entré avec un couteau de cuisine… je suppose que vous veniez vérifier si le travail avait été bien fait… »

Il le prit par le col et l’amena devant les latrines sous les regards inquiets des deux marchands avant de continuer sa tirade d’une voix acerbe. À l’intérieur, on pouvait voir un bain de sang autour du cadavre blanc et des éclaboussures sur le miroir et les murs de la pièce :

« Regardez bien, vous en êtes responsable ! Tenez-vous extrêmement bien monsieur, ex-trè-me-ment bien, où je vous jure que je vous ferais subir un sort qui vous fera regretter de ne pas être à sa place ! »

L’homme gloussa de peur et s’enfuit dans les cuisines. Anator le regarda avec dégout puis reporta son attention sur la salle. Tout le monde le regardait, même l’elfe semblait comprendre la situation. Sa colère taquinait encore son cœur meurtri, n’avait plus le envie de rire…

Il s’approcha du colosse et s’assit à ses côtés avant de dire avec ironie :

« Il faut vraiment que je bois... »


Dernière édition par Leye Xinthas le Dim 16 Sep - 18:32, édité 1 fois
avatar
Leye Xinthas
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 164
Date d'inscription : 18/05/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
3443/20000  (3443/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Alastor Haborym le Lun 10 Sep - 19:23

Quand j'eus fini, Anator se rangea de mon côté. Mes arguments avaient fait mouche et le temps de réponse de l'humain indiquait qu'il réfléchissait. Sa précipitation l'avait égaré et il s'en rendait maintenant compte. Il acquiesça puis me remercia de lui avoir éviter une erreur qui aurait pu lui être fatale avant de me proposer un autre verre. J'avais déjà englouti une demi-douzaine de pintes et bien que mon endurance n'était plus à prouver, je n'avais pas envie d'aller combattre avec la gueule de bois. Anator n'avait visiblement pas conscience de l'ampleur de la tache qui nous attendait. Si je savais ce dont je serai capable avec une bonne quantité d'alcool dans les veines, l'incertitude prédominait dans mon esprit pour lui, et je n'avais pas envie d'en faire les frais le lendemain.

Sans me laisser lui répondre, il se leva pour disparaître dans un couloir. Je rejoignis le comptoir comme il me l'avait demandé et après mûre réflexion, je me dis que deux ou trois chopines de plus ne me feraient pas de mal. Anator n'ayant encore rien bu pourrait très bien les supporter aussi, sans aucun doute. En attendant, après avoir siroté une gorgée de la mixture plutôt douce que l'on venait de servir, je jetai un coup d'oeil aux autres occupants de l'auberge. L'elfe somnolait et ne tarderai pas à s'endormir sur la banquette alors que les marchands discutaient apparemment sérieusement en me jetant parfois un regard curieux. Ils ne m'aimaient pas. Mais ce n'était évidemment pas le but de mon intervention.

Le temps commençait à se faire long et l'attente que me faisait subir l'humain devenait anormale. Peut-être était-je paranoïaque mais j'aurais juré sentir l'odeur de la mort, du sang qui ruisselle. J'allait commencer à m'inquiéter quand Anator refit surface et avança d'un pas décidé, l'écharpe et le masque tachés de sang, un couteau maculé d'hémoglobine dans la main, vers le gérant grisonnant pénétrant dans le couloir où Anator avait disparu, et qu'il le fit reculer jusqu'à le renverser sur une table. C'est la couteau posé sur la gorge du vieux que d'une voix furieuse et criarde il l'admonesta avec violence.

-"Votre acolyte est entré avec un couteau de cuisine… je suppose que vous veniez vérifier si le travail avait été bien fait…", puis en l'entraînant dans les latrines: "Regardez bien, vous en êtes responsable ! Tenez-vous extrêmement bien monsieur, ex-trè-me-ment bien, où je vous jure que je vous ferai subir un sort qui vous fera regretter de ne pas être à sa place!"

Le sang avait bien coulé et mes présomptions sur Anator se vérifièrent. Il était très impulsif et agissait sans trop penser aux conséquences. En effet, à la veille d'une échauffourée, se montrer le plus discret possible pour éviter d'attirer l'attention était primordial. Le fait que les malfrats risquaient d'ameuter les truands des environs était déjà bien suffisant. Mais en agissant de la sorte, je n'aurai rien trouvé d'étonnant que la nouvelle de la présence du chef des Hunts près de son repaire arrive aux oreilles d'Anatolia. De plus, les marchands seraient sûrement moins disposés à nous rendre service.

Lorsque l'humain irréfléchi relâcha son homme et me rejoint, je me levai en adressant un regard dur et suivis le vieil homme après un dernier conseil:

-"Surveillez les marchands. Je reviens."

Le gérant avait effectivement pris la fuite. Pris de panique il courait vers la forêt. Heureusement, son âge avancé aidant, je le rattrapai en quelques foulées qui firent craquer la neige. Le tonnerre provoqué par la poudreuse cédant sous mes pieds et le souffle haletant de ma proie semblaient irréels dans le silence de mort qui régnait alentour. Une fois à portée de main, je stoppai le mauvais sprinter en le soulevant du sol, une main sur la bouche pour l'empêcher de crier. Dans la seconde suivante, un craquement bref figea les jambes qui s'agitaient. Je revint sur mes pas, le cadavre du petit homme sur l'épaule et regagna la cuisine ou je l'entreposai dans un coin discret.

De retour dans la salle de l'auberge, je repris place à côté d'Anator et bus cul-sec le reste de mon verre. Mon absence n'avait pas duré deux minutes. Rien ne semblait avoir bougé. L'elfe dormait toujours et les marchands lançaient maintenant des regards insistants dans notre direction. Après avoir dégluti la dernière gorgée, je dis sur un ton calme:

-"Il faut surveiller les marchands et veiller à ce qu'ils partent au plus tôt avec l'elfe demain matin. Ce cirque ne manquera pas d'interférer avec nos plans si ils venaient à parler à la mauvaise personne. Ils ne doivent pas sortir d'ici avant que le soleil ne se lève. Il va sûrement falloir monnayer leur silence."

_________________
« Le foie de mon ennemi est le fourreau de mon épée... »
avatar
Alastor Haborym
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 103
Date d'inscription : 28/07/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
1100/20000  (1100/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Leye Xinthas le Lun 10 Sep - 21:22

Anator savait qu’il avait mal agi, les hommes le regardaient tous avec insistance. Son impulsion première avait trahi sa rage cependant il ne regrettait nullement la mort du jeune homme, son identité ne devait être révélée sous aucun prétexte. Il contempla la salle avec insistance lorsque le colosse situé à ses côtés se leva. Il partit peu de temps mais Anator comprit parfaitement ce qu’il était allé faire… il refusa de croiser son regard, sachant pertinemment que cela ne servirait qu’à voir des yeux froids et secs rivés sur lui. Cela pouvait faire croire à un acte impulsif cependant il n’avait pas eu d’autre choix que de le faire, l’argent n’aurait servi à rien dans ce cas-là.

Il écouta le colosse expliquer son point de vue au sujet des deux marchands qui ne cessaient de les regarder d’un air accusateur. Il est vrai qu’il n’allait sûrement pas se taire... Il faudrait sûrement leur parler ou monnayer leur silence pour éviter qu’ils aillent tout raconter à Elle… Il soupira fortement, en acquiesçant faiblement, puis se leva d’un air nonchalant : après tout, il était le porte-monnaie.

Sachant pertinemment que le gérant ne reviendrait pas, il attrapa une bouteille poussiéreuse contenant un breuvage doré des plus succulents puis trois verres et s’approcha de la table des marchands. Le plus jeune recula doucement, comme s’il avait peur d’être tué à son tour, tandis que le second posa ses bras en croix en signe de colère.

Anator pouffa doucement :

« Je ne vais pas vous tuer monsieur ! Je sais que vous n’avez rien fait de mal contrairement au bon monsieur assit là-bas – il indiqua les latrines – cependant je dois avouer que je ne peux décemment vous laisser sortir pour la soirée… »

Le plus vieux fronça les sourcils d’un air désapprobateur.

« Je fais ce qu’il me plaît quand cela me plaît mon garçon… »

« Je vois…. Et combien faudrait-il pour acheter votre silence ? »

Anator répondit du tac au tac d’un air froid et impassible. Il avait toujours été doué en affaires et savait parfaitement comment gérer celle-là. Il regarda l’homme avec une lueur de rage contenue et posa les trois petits verres sur la table, avant de les servir tous les trois de ce breuvage. Il mit un petit liquide spongieux dans deux des trois puis laissa les verres sur la table en prenant soin de ne pas attraper les deux autres. Il regarda l’homme le plus vieux, sachant qu’il était le « mâle dominant » puis l’interrogea d’un regard qui montrait que l’on ne plaisante pas avec lui. L’homme parut apprécier cela et s’approcha de lui avant de dire :

« Combien ? »

« 200 po, cela ne fait-il pas bien plus que vos revenus ? »

« Mmh… 250po ! »

« Non monsieur, ce n’est pas une de vos petites affaires… je ne discute pas de cela et si vous avez des objections, je n’aurai plus qu’à appeler mon gentil compagnon au bar pour qu’il vienne vous montrer à quel point il peut être compréhensif… »

Le plus jeune regarda le colosse et se racla la gorge… il n’allait pas discuter, c’est sûr. Le plus vieux, cependant, hésita un moment avant de répondre d’une voix rauque :

« La moitié maintenant…»

« Évidemment… » Répondit Anator, avant d’offrir sa bourse à l’homme, « Trinquons si vous voulez bien »

Les deux prirent leur verre, le plus vieux à la barbe blanche regarda Anator avec des yeux suspicieux :

« Qu’est-ce qui vous dit que l’on ne va pas s’enfuir cette nuit … »

Il voulait encore se remplir les poches, c’était bien un marchand. Il fit l’erreur de boire cul sec son breuvage. Anator le regarda s’écrouler sur le sol en compagnie de son ami et posa la deuxième bourse dans sa main avant de se relever doucement. Il jaugea rapidement le jeune elfe qui dormait profondément puis s’approcha d’Alastor :

« Voilà qui est fait. J’ai agi outre mesure et failli compromettre notre mission cependant le jeune homme ici présent compromettait mon anonymat… Il devait mourir. Bref, pouvez-vous m’aider à porter ces deux hommes jusqu’à leur chambre ? Je crois que nous avons perdu nos hôtes… »
avatar
Leye Xinthas
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 164
Date d'inscription : 18/05/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
3443/20000  (3443/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Alastor Haborym le Mer 12 Sep - 20:11

Un hochement presque imperceptible de la tête et Anator se leva pour rejoindre les deux malheureux témoins, une bouteille subtilisée dans la réserve de feu le gérant à la main. Je n'entendis rien de leur conversation car ils étaient bien trop loin du comptoir où j'étais assis. Tout ce que je pus percevoir alors que je vidai le fond de mon dernier verre de la soirée furent deux types de bruits qui se succédèrent rapidement. Le premier était le tintement significatif provoqué par le choc d'une table en bois massif et de deux verres. Le second, beaucoup plus mat, me résolut à me faire retourner. Les corps des marchands venaient de s'écrouler simultanément, l'un par terre et l'autre sur la banquette. *On dirait que cet humain aime vraiment tuer finalement!*
Dans la minute qui suivit je pus voir Anator se pencher sur l'un des corps pour y déposer une bourse et revenir vers moi.

-"Voilà qui est fait. J’ai agi outre mesure et failli compromettre notre mission cependant le jeune homme ici présent compromettait mon anonymat… Il devait mourir. Bref, pouvez-vous m’aider à porter ces deux hommes jusqu’à leur chambre ? Je crois que nous avons perdu nos hôtes…"

Les avait-ils empoisonnés? Endormis? Peut importait. Ce qui m'importait pour le moment était plutôt comment il avait fait. Une chose était sûre, à partir de ce moment, je me méfierai encore plus de cet homme qui tue les gens qui voient son visage. Pour faire encourir la peine capitale, ce visage devait avoir une certaine valeur. Outre le fait qu'il ne manquait pas d'or, il refusait que quiconque puisse le reconnaître. Ce devait par conséquent être quelqu'un d'important et surtout qui n'était certainement pas censé être là, à faire ce qu'il faisait. C'était une question à creuser, mais plus tard. Pour l'heure il fallait coucher tout ce petit monde et dormir. Nous étions à la veille d'un combat qui risquait d'être éprouvant, il ne fallait pas l'oublier.

Avant de quitter mon tabouret, je répondit succinctement:

-"Je ne vous reproche pas de l'avoir tué. Je vous reproche d'avoir ameuté toute la maisonnée après l'avoir fait. Mais ce qui est fait est fait..."

Quand j'approchai des corps, je pus me rendre compte qu'ils dormaient, le bruit d'une respiration lente trahissait leur vitalité. Le plus âgé des deux, celui qui portait une longue barbe blanche portait également un certain embonpoint au niveau du ventre qui ne m'avait jusqu'alors pas sauté aux yeux. Malgré tout je l'attrapai par le col et le hissai sur mon épaule gauche. Ensuite, je plaçai l'autre sur mon bras droit comme s'il s'agissait d'un linge, son visage étant maintenant en tête-à-tête avec ses genoux, puis entrepris de gravir la volée de marches qui me séparait du premier étage. Une fois arrivé sur la troisième je stoppai mon ascension pour m'adresser au masque.

-"Je vous laisse vous occuper de la fille. Et vous feriez mieux de nettoyer votre masque. Les visages maculés de sang, même masqués, ne passent pas inaperçu."

Je m'enfonçais seul avec mon chargement dans un sombre couloir quand, au rez-de-chaussée, la porte d'entrée s'ouvrit avec fracas pour laisser entrer un homme corpulent essoufflé, à en juger par la respiration haletante et les sifflements de gorge du visiteur impromptu. Celui-ci claqua la porte sur un paysage hivernal brumeux et retourna sa face rougie par le froid - c'est du moins comme ça que je l'imaginais - pour appeler d'une voix nasillarde:

-"Papa! Papa?! Tu devineras jamais ce qui m'est arrivé! Mais..."

Je n'entendis pas la suite, refermant une porte grinçante du pied, je nous enfermais mes bagages humains et moi dans la première chambre que je trouvai. Les deux corps jetés sur le lit pour l'un et sur une banquette paraissant bien inconfortable pour l'autre, j'entrepris de les fouiller au cas où. Je ne touchai pas aux valeurs des deux hommes - je me targuais d'être un honnête démon enfin autant qu'on puisse l'être - mais trouvai une lettre dans la poche intérieure du vieux marchand. C'était une lettre enflammée et récente d'une femme, où il était question d'un enfant, sur laquelle figurait une adresse. Cette découverte était du pain béni pour moi, et surtout pour l'elfe, qui ne pourrait certainement compter que sur les informations maintenant en ma possession pour espérer arriver à bon port et en bonne santé avec ses deux bons samaritains désignés. Ceux-ci ne manqueraient pas, selon moi, à se venger de ces dernières péripéties sur elle.

-*Les menaces fonctionnent toujours beaucoup mieux lorsqu'elles impliquent des êtres chers.*

Toutes ces précieuses informations en mémoire, je remis le document en place et laissai ronfler le duo ronfler en paix. J'ouvris la porte qui faisait face à celle que je venais de refermer et la laissai béante pour pouvoir garder un oeil sur les marchands ainsi que les allées et venues. La pièce était petite mais le premier étage avait l'avantage, contrairement au rez-de-chaussée, de me permettre de me déplacer sans risquer de m'érafler le haut du crâne sur le plafond. Cette chambre devait être celle du propriétaire car plusieurs bouteilles vides gisaient sur le sol près du lit trop petit pour moi. Je décidai d'en accrocher une à la porte de nos otages, ainsi s'ils voulaient sortir, on les entendrait. Une fois l'état des lieux terminé et le dispositif sommaire installé, j'allai redescendre pour voir ce qu'il était advenu d'Anator et de son nouvel ami. Le bois grinça de nouveau sous mes pas à mesure que je me dirigeai vers la lumière de la salle principale.

_________________
« Le foie de mon ennemi est le fourreau de mon épée... »
avatar
Alastor Haborym
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 103
Date d'inscription : 28/07/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
1100/20000  (1100/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Leye Xinthas le Jeu 13 Sep - 23:47

Anator regarda le colosse prendre les deux marchands avec beaucoup de délicatesse, il lui semblait que malgré ses traits difficiles, le démon cachait un aspect très « pure » de sa personnalité. Il tenta de s’approcher pour l’aider mais le géant semblait ne pas ressentir le poids des deux hommes posaient sur lui et commençait à partir sans demander une quelconque assistance. Leye le contempla gravir les escaliers en bois qui menait jusqu’à un couloir sombre avec un soupçon de jalousie : cet homme, quelle que soit sa race, était réellement apte à maîtriser n’importe quelle situation, et cela, il se l’avoua un peu, lui insufflait un profond sentiment d’envie et de respect. Sans que l’on s’y attende, le démon se retourna et lui demanda de s’occuper de la jeune demoiselle et de nettoyer son masque maculé de sang, avant de repartir accomplir sa besogne.

Anator qui n’avait que peu de temps, décida d’abord de s’occuper du masque et du corps qui jonchait le sol des latrines de la maisonnée. Il regarda d’un simple coup d’œil, l’elfe qui dormait sur la banquette puis s’enferma dans les latrines. Il prit le masque qu’il tenait dans ses mains et commença à le rincer avec un sceau proche de là lorsqu’un bruit de pas précipité se fit entendre dans le salon.

-"Papa! Papa?! Tu ne devineras jamais ce qui m'est arrivé! Mais..."

Le sang du masque se glaça fortement. Non, c’était impossible… pas cela ! Un homme, d’après le timbre de la voix, était entré dans l’auberge et persuadé de voir son prétendu père n’avait même pas réfléchi à ses propos. Le jeune roi réfléchit quelques instants : cela ne pouvait évidemment pas être le fils du bourgeois, il serait entré en même temps que son père et les deux hommes n’avaient pas commandé plus de chambre comme il l’avait aperçu sur le registre du gérant aujourd’hui décédé. Mais dans ce cas… il était le fils d’un des hommes… décédés.

Anator se rapprocha de la porte en poussant un peu le corps sur le côté puis regarda dans la serrure, les mouvements de ce qui semblaient être un homme assez corpulent. L’homme se rapprocha d’abord de l’elfe et la jaugea comme inintéressante avant de se diriger et de disparaître dans les cuisines. Anator en profita pour sortir rapidement de la pièce avec son masque désormais propre mais trempé. Il s’assit au côté du jeune elfe pour la protéger d’une éventuelle attaque et posa son masque sur la table, la capuche et l’écharpe toujours présente pour cacher ces yeux. Il regarda les verres vides de ses compagnons et attrapa la bouteille du nectar délicieux avant de se servir un verre. Il savait ce qu’il allait se passer, que le pire était peut-être à venir. Il profita donc de ces quelques instants de répit pour boire un bon alcool réconfortant puis fixa la porte de la cuisine. Cela n’allait plus tarder…

Comme de juste, un petit cri de terreur, un fracas cinglant puis un hurlement de rage se fit entendre. L’homme allait arriver, il allait vouloir des explications… Oui bientôt… La porte fut balancée avec une force phénoménale, l’homme avait changé. Il avait des canines de plus en plus étranges, des poils commençant à parcourir l’ensemble de sa peau… C’était un homme bête ! Anator le regarda comme on contemple la mort devant soi : il comprit en une fraction de seconde qu’il ne pouvait être le fils du gérant mais simplement un proche. Cependant il sut que cela ne changeait rien, il venait d’énerver un lycan et il mettait en danger un être innocent.

L’homme pas encore transformé, tourna immédiatement sa tête vers l’elfe mais marqua une courte pause en voyant un homme vêtu de noir, le visage caché par une capuche et une écharpe le fixer de ces yeux brillants. Il parla d’une voix beaucoup plus grave que précédemment :

-Toi ! Je ne vais te poser qu’une simple question… As-tu tué l’homme dans la cuisine ?

-Non, répondit Anator d’une voix neutre, ce n’est pas moi.

Il ne mentait pas, après tout, il n’avait que tué son serveur.

-Qui, alors ? Ragea le lycan.

« Je ne sais pas. Je n’étais pas présent à ce moment-là. »

L’homme qui devenait de plus en plus monstrueux fixa Anator avec froideur et scepticisme. Anator savait parfaitement qu’il allait bientôt charger en leur direction. Il le contourna pour mettre l’elfe hors de portée puis posa son masque sur son visage avant de dire d’une voix glaciale :

« Non, moi, j’étais simplement en train d’assassiner son collègue qui s’occupait du service… Mais bon, laissons place aux civilités, je me nomme Anator… et vous ?»

Le loup poussa un hurlement sourd et se transforma.


Dernière édition par Leye Xinthas le Dim 16 Sep - 18:29, édité 1 fois
avatar
Leye Xinthas
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 164
Date d'inscription : 18/05/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
3443/20000  (3443/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Alastor Haborym le Dim 16 Sep - 15:28

Arrivé à la dernière marche, la scène qui se présenta à moi promettait encore de retarder le moment d'aller dormir. L'homme que j'avais entendu entrer quand je montais coucher les autres était un lycan. Le loup monstrueux à la fourrure noire gardait la porte défoncée de la cuisine. Ce qu'il avait dû y découvrir ne lui avait certainement pas plu. Les grognements et les spasmes qui contractaient ses muscles garantissaient sous peu un élan foudroyant vers Anator, qui semblait particulièrement craintif à sa manière de s'éloigner de l'elfe fraîchement réveillée. Elle avait sûrement été réveillée par le fracas de la colère lupine.

La transformation de la bête était terminée et sa réaction n'allait plus se faire attendre longtemps. La bave coulant maintenant abondamment d'une gueule pleine de crocs acérés et le regard vert fixé dans la haine de celui qui lui faisait face, le loup ventripotent dérapa dans les lambeaux de ses vêtements déchirés avant de s'élancer. Le masque ne semblait toujours pas réagir et la conséquence tragique, s'il continuait de la sorte, était évidente. Je devais intervenir mais je ne savais pas quoi faire. Trop loin pour m'interposer je ne sus que crier, l'interrompant dans sa course:

-"STOP!!!"

A ce moment, je sortai de la pénombre de l'escalier et me tenais près de la porte empruntée quelques minutes plus tôt par mon assaillant alors essoufflé. Les choses avaient changé et malgré ses façons pataudes, il était dans toutes ses dispositions pour m'étriper maintenant. Mon épée serait inutile dans cette situation, trop grande pour être manipulable dans une pièce si basse de plafond, elle ne ferait que m'handicaper. De toute façon, je n'avais pas le temps de dégainer, que ce soit Azghûl ou mon couteau - sans parler de ma dague enfouie dans ma botte - car la bête était déjà sur moi. J'eus à peine le temps de parer l'animal avec mes bras que le choc de la collision nous projeta tous les deux contre le mur. Celui-ci trembla et de nombreux débris de lambris tombèrent au sol.

Le lycan ne rivalisait pas avec moi en force mais sa vigueur et sa détermination eurent raison de mon équilibre, obligé d'esquiver coups de griffes et surtout les mâchoires impressionnantes claquant devant mon visage. Je tombai parterre. J'attrapai ses pattes avant dans mes mains mais la gueule tentait toujours de m'arracher des lambeaux de visage. Heureusement, le lycan ne savait pas à qui il avait affaire. Alors que nous étions toujours face à face dans cette lutte ridicule, je redonnai pour un bref instant à mon regard son éclat originel. Mes yeux, brûlant et terrifiant, interrompirent subrepticement l'acharnement prédateur. Suffisamment longtemps pour que je puisse libérer mon bras droit et lui décocher un crochet qui le sonna sur le coup. Ce lycan, aidé par la colère, était plus difficile à mettre hors d'état de nuire que je ne le pensais.

Profitant de ce dernier moment de calme avant la reprise des hostilités acharnées, j'attrapai sa tête que je plaquai de ma senestre sur mon torse et enserrai ce que je pouvais du reste de son corps avec mon autre bras , le but étant de l'immobiliser. Ce qui fonctionna. Il se remit à se débattre comme un forcené mais malgré plusieurs ruades qui faillirent le libérer, je tenais bon, seules ses pattes arrières m'atteignaient quelques fois mais j'avais la peau dure! Je pensai le cuire sur place de la même manière que j'avais réchauffer l'elfe mais ce qui en serait alors resté aurait complètement mis hors d'usage mes vêtement. Les chairs calcinées ont la mauvaise habitude de tout imprégner ad vitam eternam. Et puis c'était le moment pour Anator de se rendre utile.

-"C'est le moment de mettre la main à la patte!!!", criais-je entre deux souffles.

Le masque devrait se hâter car ma prise perdait petit à petit de son efficacité, principalement à cause de la fourrure luisante du grand loup.

_________________
« Le foie de mon ennemi est le fourreau de mon épée... »
avatar
Alastor Haborym
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 103
Date d'inscription : 28/07/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
1100/20000  (1100/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Leye Xinthas le Dim 30 Sep - 17:39

Anator resta immobile pendant un long moment : il avait préféré rester spectateur de ce duel de titan. Il savait que d’un simple coup, l’un des deux combattants, pouvait le tuer. Pour une fois ; il lui semblait qu’Alastor avait trouvé un être à sa taille, bien que celui-ci semblait moins fort. L’homme bête était obsédé par la vengeance et la rage. Il se défendait peu, mais ses offensives étaient terriblement dangereuses, même pour un colosse tel que le démon.

Soudain le lycan sembla prendre l’avantage et bascula Alastor sur le sol, cependant celui-ci, qui semblait avoir de bons réflexes, attrapa les bras de l’homme bête et l’immobilisa pendant une fraction de seconde, sans qu’Anator puisse comprendre comment. Le colosse en profita pour l’attaquer sauvagement mais cela n’eut sûrement pas l’effet escompté et malgré une courte pause, la lutte continua de plus belle.

Alastor qui avait possiblement établi un plan, coinça la tête de son adversaire dans son torse et tenta de l’immobiliser le plus possible. Anator ne comprenait pas comment il comptait l’achever, l’immobilisation serait sans aucun doute de courtes durées. C’est le colosse qui l’éclaira en le pourfendant du regard et en criant des mots incompréhensibles, cachés par les hurlements de rage de la bête. Cependant le masque comprit rapidement ce qu’il devait faire et attrapa un de ces couteaux avant de s’approcher le plus courageusement possible de sa proie.

Alastor semblait perdre patiente : la bête se délivrait. Anator accourut sur sa cible et sauta aussi haut qu’il le pouvait pour trancher l’animal en plein cœur. Cependant il ne put l’atteindre correctement et planta sa lame un peu en dessous de l’organe. Le monstre se retourna littéralement vers le jeune humain, aveuglé par la haine. Il attrapa Anator et le jeta sur une table qui céda. Le jeune homme, gravement blessé, recula autant qu’il le put alors que le monstre fonçait sur lui, prêts à commettre l’irréparable.
avatar
Leye Xinthas
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 164
Date d'inscription : 18/05/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
3443/20000  (3443/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Alastor Haborym le Mer 3 Oct - 16:40

Au moment où je croyais perdre définitivement ma prise et où j'abandonnais l'idée d'être aidé par le masque, je sentis la charge qui pesait sur moi pratiquement doubler d'un seul coup. En même temps, au milieu de la haine que je pouvais lire à ce moment dans le regard du lycan, je pus voir une once de douleur et d'incompréhension. Anator s'était enfin décidé. Le problème était qu'il ne l'avait que faiblement touché, laissant ainsi tout le loisir à la bête de se ragaillardir et, essaimant quelques gouttes de sang au passage, de se libérer de mes bras pour se ruer sur son nouvel assaillant. Je pouvais enfin respirer et me relever sans crainte, ce que je fis. Alors, je vis l'humain se faire plaquer brutalement sur une table qui malgré son caractère massif, céda tout de même. Un râle sourd de douleur jaillit de sa gorge. Il tenta de se dépêtrer de cette fâcheuse situation mais ne réussit qu'à s"acculer au mur: il était pris au piège face à un être qui était maintenant au paroxysme de sa fureur.

La bave coulait abondamment de cette gueule aux crocs acérés et prêts à servir. Le temps pressait si je voulais encore avoir un employeur dans les prochaines minutes. Un bref tour d'horizon dans la salle m'apprit deux chose: la première fut que l'elfe ne dormait plus et était même pelotonnée dans le coin le plus éloigné des festivités, en claquant des dents de peur; la deuxième, que le porte-manteau qui siégeait près de la porte d'entrée quelques minutes auparavant gisait maintenant par terre à deux pas de moi. C'était un objet quelconque mais fait dans un bois suffisamment massif pour servir d'arme d'appoint. De plus mon épée était toujours hors de portée et mon couteau avait glissé dans la bagarre et était maintenant trop loin vu l'urgence. J’attrapai donc l'objet auquel une vielle veste de tweed était encore accrochée et le brandis à deux main en me jetant sur le lycan. Il ne s'attendit visiblement pas à un coup pareil, car lorsque la tête du porte-manteau heurta avec une violence fulgurante le flanc de la bête, on put entendre dans le cri suraigu qui émana de la bête plus de surprise que de douleur. Une douleur qui ne tarda pas à se répandre dans son corps, en même temps que la blessure qui ornait déjà son côté ruisselait maintenant comme jamais. En effet, j'avais enfoncé encore davantage le couteau qu'Anator avait laissé planté là.

Toute son attention était de nouveau sur moi et je ne lui laissai pas le temps de réagir et me jetai sur ce corps meurtri mais toujours haineux, le porte-manteau en guise de bouclier. Il était maintenant trop amoché pour riposter efficacement et c'était à mon tour de le heurter et de le bloquer contre le mur. Le lycan avait ses réflexes et sa vigueur amoindrie et n'avait plus vraiment de moyen de se défaire de ma force brute. C'est pourquoi la scène qui suivit fut une rapide et douloureuse mise à mort. Les coups de poings et de genoux se mirent à pleuvoir sur le loup qui, au fur et à mesure, ressemblait de plus en plus à une loque sans vie. C'est d'ailleurs ce qu'il finit réellement par devenir.

Lorsque ma frénésie finit par me quitter et que je put sentir mes coups atteindre le mur à travers le cadavre, je lâchai enfin l'animal qui semblait s'être vidé de son sang à mes pieds. Il tomba dans un bruit sourd sur le plancher et laissa la place à un silence sépulcral. Je repris mon calme et me retournai vers Anator pour parler d'une voix monocorde.

-"Il va falloir éteindre les lumières à l'extérieur et verrouiller cette porte si on ne veut plus être dérangés de la sorte."

Sur ce, je me dirigeai vers les latrines pour me débarbouiller le mieux possible de tout ce sang qui avait giclé sur moi. Mes mains étaient bien sûr les plus atteintes mais je pus rapidement constater que ma tenue entière n'avait pas été épargnée.


_________________
« Le foie de mon ennemi est le fourreau de mon épée... »
avatar
Alastor Haborym
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 103
Date d'inscription : 28/07/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
1100/20000  (1100/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Leye Xinthas le Mar 11 Déc - 17:13

Anator tentait, tant bien que mal, de se dégager de l’emprise du monstre. Il le martelait de coups de pied tout en cognant férocement ses points vitaux. Il sentait, avec dégoût, la bave gluante de la bête touchée son masque et s’écoulait doucement jusqu’à son cou à travers l’écharpe. Il déglutit en imaginant qu’elle allait le croquer. Il redoubla d’efforts, se réconfortant du mieux qu’il put : au moins, il se serait battu jusqu’au bout.

Soudain, la bête fut frappée, à l’aine, par la seule arme qu’avait pu trouver le colosse : un porte manteau. D’abord le loup gémit, puis, sous le poids de la douleur et de la haine, il gronda de toutes ses forces.

La suite se déroula très brusquement : Alastor attaqua la bête avec son porte-manteau, puis réussit à la coincer contre un mur de l’auberge. Ensuite, il la martela de nombreux coups de poing jusqu’à ce qu’elle soit complètement éventrée. C’est d’ailleurs, à ce moment-là, qu’Anator put entrevoir un nouvel aspect du colosse : un visage de marbre, qui infligeait presque avec frénésie, la mort à une bête meurtrie. Finalement, lorsque le colosse, qui frappait alors inutilement, compris que la bête était totalement desséchée, il s’écarta d’elle. Anator eut un léger mouvement de recul en le voyant s’approcher de lui, mais, il s’efforça de paraître le plus calme possible et tenta de reprendre ses esprits en regardant Alastor dans les yeux.

« Il va falloir éteindre les lumières à l’extérieur et verrouiller cette porte si on ne veut pas être dérangés de la sorte. »

Le colosse s’en retourna à ses affaires, sans prendre le temps de parler à la pauvre aveugle terrorisée.

Anator resta figé un petit moment, le carnage l’avait réellement secoué : maintenant, il savait de quoi était capable un démon. Reprenant son courage à deux mains et bien décidé à suivre les directives du colosse, il entreprit de se lever en s’accrochant au meuble le plus proche. Soudain, une douleur lancinante traversa l’ensemble de sa chair et culmina jusqu’à son bras gauche. C’est là qu’il comprit : un énorme bout de bois appartenant à la table fracassée avait transpercé son bras sur 10cm. Anator se reteint alors au meuble, et vomit sur le sol tapissait du sang de la bête. Il souffla quelque secondes pour éviter l’évanouissement puis s’approcha tant bien que mal des fenêtres pour accomplir sa besogne avant de s’occuper de son bras.

Désormais, caché par la pénombre, il s’asseyait à côté de l’elfe, qui par réflexe, s’était recroquevillée sur elle-même. Il avait pris quelques instruments nécessaires pour se soigner : des linges, une bassine remplie d’eau et de l’alcool. Il examina l’ensemble de son corps et aperçu de nombreuses éraflures dû à son atterrissage sur la table, des hématomes sur les épaules et les jambes, et une énorme estafilade sur la main droite. Que des blessures superficielles… Il reporta son attention sur son bras gauche, et compris qu’il ne pourrait pas enlever tout seul la planche en bois, sans endommager les tissus de son corps.

« Mademoiselle… je sais que vous avez eu peur… mais sachez qu’Alastor a écarté le problème et que vous êtes maintenant en sécurité. Je suppose que cette épreuve vous tourmente, mais il n’y a pas de crainte à avoir… »

*tant qu’Alastor sera de notre côté…* finit-il par penser avec un léger frisson.

« Mademoiselle, je suis blessé… j’ai besoin de votre aide pour enlever un morceau de bois qui s’est logé dans mon bras gauche. Si je l’arrachais moi-même, sans suivre l’angle d’entrée, je ne ferais qu’aggraver mon cas… Je perds aussi beaucoup de sang, c’est pourquoi il va falloir agir vite. »

Il est vrai qu’Anator aurait pu demander de l’aide au démon, cependant il n’avait aucune envie de le déranger en ce moment, puis, il ne voyait pas comment Alastor allait enlever le bout de bois de sa chair sans arracher son bras…

La demoiselle, quelque peu réconforté, s’approcha doucement de l’humain puis palpa la plaie de ses délicates mains.

« Je vois… vous allez devoir prendre un linge et le mettre dans votre bouche… »

Il obéit et sans qu’il n’ait pu prendre le temps de se préparer, elle sortit le bout de bois de son bras. Malgré le chiffon, il ne put retenir un hurlement de douleur. Enfin libéré, la demoiselle prit les linges et l’alcool puis lava la plaie coulante de l’humain, pâle et tremblant.

« Que s’est-il passé ? demanda la jeune elfe »

Anator allait répondre quand il entendit un petit crissement puis des voix à l’étage…. Il manquait plus que ça… Il commença à réfléchir à un plan pour s’occuper des marchands lorsqu’enfin le démon apparut devant lui…

« Il vous expliquera», répondit Anator en regardant le colosse d’un air absent.
avatar
Leye Xinthas
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 164
Date d'inscription : 18/05/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
3443/20000  (3443/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Alastor Haborym le Mer 12 Déc - 16:02

Je laissais donc la scène étonnamment silencieuse et macabre. Les décombres, les restes dévastés du Lycan macérant dans son sang et surtout les impacts dans le mur, là où j'avais frappé, avaient profondément changé l'atmosphère chaleureuse initiale. Seul le feu crépitant dans l'âtre témoignait encore de la vie qui vaquaient à ses occupations quotidiennes quelques heures auparavant. De plus, cette odeur caractéristique, ferrugineuse, me mettait maintenant dans un état de surexcitation que je n'avais pas connu depuis longtemps. L'idée d'exterminer tous ces vampires se faisait maintenant de plus en plus pressante...

Les latrines embaumaient également l'hémoglobine, et pour cause. Je l'avais déjà oublié mais la première victime de la soirée, celle d'Anator, gisait encore là. Cette ambiance ne m'aidait pas à me concentrer sur ma tâche que je bâclai. De toute façon, la neige serai beaucoup plus efficace contre ces taches. C'est pourquoi je ressortis. C'est d'ailleurs à ce moment précis qu'un bruit sourd mais audible se fit entendre en provenance de la salle principale. Un cri strident apparemment étouffé. Anator refaisait des siennes.

Une fois dans l'embrasure de la porte, je pus voir l'Humain et l'aveugle assis, celle-ci bandant le bras encore sanguinolent du Masque. Le bout de bois responsable de cette blessure gisait sur la table. *Cet Humain est décidément bien fragile*, me dis-je en repensant au combat contre la jeune vampire dans les égouts. Que ferait-il sans moi, ou s'il n'avait pas tout cet argent. Ce n'était visiblement pas un guerrier malgré son courage indéniable, sûrement plutôt un riche noble en mal de sensations fortes voulant jouer les justiciers pour palier une vie monotone...

Anator semblait fébrile derrière son masque, il encaissait difficilement la douleur. Mais alors que je m’avançais vers eux, il reprit contenance et me délégua le devoir de raconter ce à l'aveugle les évènements qu'elle n'avait donc ps pu apprécier dans son ensemble. En effet, l'Humain apparaissait préoccupé et indécis en plus du reste. Je décidai donc de répondre brièvement:

-"Un client mécontent et particulièrement hostile. Nous lui avons réglé son cas. Vous êtes en sécurité, ne vous faites pas de bile."

Mes mots sonnaient plus comme des ordres que comme des paroles réconfortantes, mais cela ferait l'affaire. Les gestes de l'Elfe n'étaient toujours pas sûrs en ma présence mais au moins ne tentait-elle plus de me fuir. Elle ne répliqua rien à mes paroles et dans ce court silence j'entendis les mêmes sons provenant de l'étage que ceux qui inquiétaient Anator. Je le fixai alors, attendant de savoir ce qu'il en pensait, en vain.

-"Votre drogue n'est visiblement pas assez forte. Il va falloir les rendormir plus efficacement."


_________________
« Le foie de mon ennemi est le fourreau de mon épée... »
avatar
Alastor Haborym
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 103
Date d'inscription : 28/07/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
1100/20000  (1100/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Leye Xinthas le Jeu 13 Déc - 14:22

Alastor référa très brièvement les évènements survenus quelques secondes plus tôt. Il semblait un peu brutal dans ses propos et Anator eut l’impression que ce n’était pas volontaire. La jeune elfe avait sursauté en entendant le colosse parler et elle jugea bon de ne point répondre.

*Décidément, se dit Anator, il s’avérait que ce bonhomme ne pourrait jamais se lier d’amitié avec un elfe ou encore un humain. Cela dit, il est bien normal que nos sentiments semblent dérisoires, à quelqu’un qui est capable de massacrer un loup-garou, au point de lui ouvrir complètement le ventre…*

Anator réprima un petit rire lorsque le démon le sortit de ses pensées.

« Votre drogue n’est visiblement pas assez forte. Il va falloir les rendormir plus efficacement. »

C’est là qu’Anator compris un peu plus le géant. Il est vrai que toute personne présente à sa place aurait pu entendre cela comme un reproche, cependant le colosse n’avait tout simplement aucun tact et pensé plus comme un guerrier sans cœur, que comme un homme de sentiments. Il avait dit exactement ce qu’il avait pensé sur l’instant, sans prendre garde au ressentit d’autrui. De ce fait… il devait sans aucun doute, le juger froidement.
Le jeune homme revint enfin à lui en entendant l’elfe posé un linge sur la table et comprenant qu’ils attendaient une réponse, il se leva doucement et dit :

« Je m’en occupe, reposez-vous… »

Là, il s’avança jusqu’aux escaliers, et lorsqu’il fut sûr de ne plus être à la porter de leur regard, il s’affala sur la dernière marche. Il avait terriblement mal, la sueur perlait à travers son masque et des frissons ne cessaient de parcourir son échine. Mais l’heure n’était pas au repos, il fallait s’occuper des marchands. Il renifla doucement et se contraint à penser à un plan.

*Que faire…*

Le combat entre Alastor et le loup- garou avait été très bruyant… il ne faisait aucun doute qu’il s’était réveillé à cause de cela. Les deux hommes devaient être très méfiants et réticents envers eux : il n’était désormais plus question de laisser la jeune elfe à leurs bons soins… c’était trop dangereux… Mais de là, à se résoudre à les tuer... Qu’est-ce qu’il compromettait… Il pourrait colporter des ragots sur la guilde maintenant qu’il savait que le chef les avait trahis. Il pouvait aussi engager des tueurs pour se venger ou pire encore, il pourrait parler à Elle, pour quelques sous … après tout, il est bien connu que les marchands ont la rancœur facile… Il n’y avait pas d’autre choix…
Anator se leva difficilement, la tâche allait être complexe. Il se refusa de demander de l’aide à Alastor qui avait grand besoin de se reposer. Il contourna doucement la dernière marche, évita les planches du parquet grinçantes et s’approcha calmement de la porte où logeaient les deux marchands. L’un deux chuchotait :

« Il faut passer par la fenêtre ! Il faut y aller et vite… »

« Ils nous poursuivront, ils… »

Un grincement réveilla l’alerte, la jeune elfe était tout en bas des escaliers et semblait le chercher. Celui-ci la somma de partir silencieusement, mais il était trop tard, les deux marchands avaient compris. N’ayant plus de temps pour réfléchir, Anator entra avec fracas dans la pièce et lança son dernier poignard sur le premier marchand qui tomba en trombe sur le lit. Puis voyant, que le second était déjà passé par la fenêtre grâce aux draps du lit, il s’élança à sa poursuite.

Anator craignait que l’homme aille trop loin et réveille la soif des Vampires. Il fallait l’arrêter et surtout ne pas faire couler une goutte de sang. La lune était haute et la neige ne cessait de tromper le pauvre marchand, qui croyait que l’obscurité le sauverait de son agresseur. Anator parcouru une courte distance lorsqu'il le rattrapa, puis il bondit sur lui et réussit tant bien que mal à le mettre sur le dos. Là, il lui saisit la gorge et appliqua l’ensemble de son poids sur ses deux mains. Le marchand, un peu vieux, se débattait tant bien que mal, en faisant des gestes irréfléchis. Il s’agitait avec courage et ardeur qui auraient pu le délivrer si le jeune roi n’était pas dans un état second.
Oubliant la douleur qui lui lacérait le bras, oubliant l’ensemble des évènements qui s’étaient déroulés aujourd’hui, il n’avait qu’un but : tuer. Après quelques secondes, le marchand fut parcouru de spasmes, puis son corps se cabra avant de devenir totalement immobile. Le vent souffla doucement sur la capuche de l’humain qui resta quelques secondes, pétrifié, sur sa victime. Lorsqu’il en trouva enfin le courage, il se leva, vomit dans la neige puis oubliant l’ensemble de ses douleurs, il reprit le chemin de l’auberge en trainant le cadavre par son pied.

Enfin arrivé au logis, il posa le marchand sur une table proche de l’entrée puis il fixa un petit moment Alastor avant de dire d’une voix détachée :

« L’affaire est réglée, la jeune elfe restera ici en attendant qu’on est terminé notre besogne… Dormons… »

Anator s’avança doucement vers son cadavre avant de dire :

«Cette sensation lorsqu’on inflige la mort… Je crois enfin vous comprendre un peu mieux, démon… »

Sans attendre de réponse, il prit le cadavre sur l’épaule droite et monta jusqu’à l’étage pour le poser à côté de son ancien ami. Puis après avoir fermé la fenêtre, il se posa sur le fauteuil le plus proche et s’endormit.
avatar
Leye Xinthas
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 164
Date d'inscription : 18/05/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
3443/20000  (3443/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Alastor Haborym le Ven 21 Déc - 10:15

La réponse d'Anator à ma remarque me surprit. En effet, je ne m'attendais pas à ce qu'un petit humain, blessé qui plus est, ayant essuyé une raclée digne de ce nom quelques minutes plus tôt, me dise d'aller me reposer. A moi! J'aurai ri à gorge déployée face au saugrenu de cette situation si ça ne m'avait pas décontenancé sur le coup. L'humain sentait la faiblesse à plein nez mais était aussi fier et volontaire. Peut-être trop d'ailleurs, car se lancer dans un nouveau combat potentiel dans cet état, même s'il s'agissait de commerçants ventripotents, était très risqué, ne serait-ce qu'au vu de la bataille qui s'annonçait pour le lendemain. Mais soit, c'était lui qui payait. Et voir où pouvait mener la volonté d'un être si fragile finit de me motiver à ne pas m'interposer.

Lorsqu'Anator disparut de mon champs de vision, je m'avançais vers la table où nous avions dîné et pris le linge humide que l'elfe venait de déposer. Les coups que j'avais portés sur le Lycan m'avaient laissé de multiples éraflures sur les mains et j'essayai de bien nettoyer les plaies pour les laisser cicatriser correctement durant la nuit. Ensuite, il était temps de nettoyer quelque peu tout ce désordre. J'allai donc ramasser les restes de la dernière victime et les jetai sur le cadavre de celui qui devait être son père, dans la cuisine.

Le temps que je mis à ranger les ordures, l'Elfe en profita pour se dérober à ma vue et c'est après avoir entendu des bruits de bagarre qui se poursuivirent jusqu'à l'extérieur apparemment, que je la vis revenir à tâtons. Je profitai du spectacle de son désarroi sans dire un mot et m'assis près du feu en attendant. Je n'attendis d'ailleurs pas très longtemps avant que le Masque ne revins, traînant un cadavre derrière lui. C'est au moment où la porte claqua pour se refermer derrière lui que l'elfe s'assit, effrayée sur le premier siège à sa portée. *Je suis entouré par la faiblesse...*

-"L’affaire est réglée, la jeune Elfe restera ici en attendant qu’on est terminé notre besogne… Dormons…
Cette sensation lorsqu’on inflige la mort… Je crois enfin vous comprendre un peu mieux, Démon… "


Je ne sais pas en quoi il pouvait mieux me comprendre mais l'heure n'était plus à la discussion. Comme Anator l'avait dit, il fallait dormir. Cependant, mon repos dut être retarder quand je m'aperçu qu'il avait oubliée de s'occuper de la fille qui semblait toujours paniquée. Je m'avançai vers elle et lui dis:

-"Il faut dormir. Je vais vous mener à une chambre à l'étage."

Elle gémit brièvement quand je lui pris la main mais finit très vite par se laisser faire. Je l'emmenai dans la pièce où j'avais laissé mon épée plus tôt dans la soirée et lui désigna l'endroit où elle dormirai. Une fois mon épée récupérée, j'entrepris de redescendre pour dormir près du feu. C'est que mon corps, malgré les années, ne semblait pas s’accommoder du froid de cette région. Le climat de Foreoh me manquait. Tout le monde dormait déjà quand je finis enfin par m'allonger sur la banquette étroite.

La nuit fut courte. En effet, il y avait encore beaucoup à faire pour préparer notre attaque et je pris l'initiative de confectionner quelques armes incendiaires de mon invention avec des bouteilles d'alcool et des bouts de tissu. J'entreposai tout cela dans un grand sac de toile dans lequel j'ajoutais une chaîne et quelques mètres de corde que je trouvai dans la réserve ainsi que plusieurs bouteilles d'alcool et d'huile. J'y rajoutais encore trois barres métalliques arrachées au portillon bloquant l'accès à la cave.

Enfin, je dispersais les cadavres dans l'auberge et commençai à tout mettre sans dessus dessous. C'est alors que je pus entendre les premiers signes du réveil des deux autres.

_________________
« Le foie de mon ennemi est le fourreau de mon épée... »
avatar
Alastor Haborym
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 103
Date d'inscription : 28/07/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
1100/20000  (1100/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RP :Une poursuite dangereuse [PV: Anator Dalonevar;Alastor Haborym] Suite.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum