[RP] Plumes et écailles [L'Aigle Rouge; Freedepht Galagastania]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[RP] Plumes et écailles [L'Aigle Rouge; Freedepht Galagastania]

Message par L'Aigle Rouge le Mer 20 Juin - 22:03

L’Aigle Rouge aimait beaucoup le bruit des vagues s’écrasant sur les rochers tranchants de la côte. Il avait trouvé, quelques mois auparavant, une petite crique a l’abri des regards où il aimait s’asseoir sur les pierres et contempler l’immense mer d’Albelay, la contrée des mystérieuses sirènes.

Certains de ses hommes prétendaient en avoir déjà vues, elles seraient aussi belles qu’un coucher de soleil, et aussi blanches et froides que la craie. Certains disaient qu’elles ne se nourrissent que de plantes et qu’elles respectent toutes les formes de vies, d’autres prétendaient qu’elles attirent les hommes dans l’eau grâce à leurs attributs sans égal, dans le but de les dévorer une fois noyés.
L’Aigle Rouge ne savait pas quoi penser de tout cela. Il aurait bien aimé en rencontrer afin de se faire une idée, mais il était certain qu’il n’aurait jamais cette chance. Il aurait fallu qu’il attende ici pendant des années pour espérer apercevoir l’une d’elles.


Alors qu’il se perdait dans ses pensées, il aperçut une petite ombre étrange sur un rocher en contrebas. Cela ressemblait à un animal échoué. Etait-il mort ? Avait-il besoin d’aide ? L’Aigle Rouge s’approcha en quelques bonds et s’agenouilla près de la créature.

C’était un petit être qui semblait composé uniquement d’eau. L’homme intrigué se dit qu’il ressemblait à une flaque d’eau ayant une forme vaguement humanoïde. Il n’avait jamais rien vu de tel, cette chose était tout bonnement incroyable. Comment un être vivant pouvait-il ressembler à ça ?
Oiseau se posa a coté de la créature et il poussa un cri strident en fixant son compagnon, comme pour l’inciter à lui venir en aide. L’amas aqueux émit un petit son, cela ressemblait au bruit que ferait un moineau qui chanterait sous l’eau.

L’Aigle Rouge identifia ce gémissement comme un appel à l’aide. La créature souffrait, mais de quoi ? Comment savoir si il était blessé et où ? Comment pouvait-il guérir une créature dont il venait a peine de découvrir l’existence ? L’homme approcha sa main du petit être pour le toucher, curieux de connaitre la texture de ce corps semblable à de l’eau solide. Quand il entra en contact avec ce qui ressemblait à un bras, la petite chose bougea à une vitesse ahurissante et elle colla sa tête contre le dos de la main de l’humain. L’Aigle rouge crut d’abord que la créature le sentait, quand il vit à travers l'animal que du sang coulait de sa main et s’infiltrait dans le corps du petit être gélatineux. Il fut d’abord effrayé puis se dit que la pauvre bête avait certainement très faim. Il décida donc de la laisser boire son sang. Oiseau observait la scène avec attention ; il semblait se méfier. Les aigles ne possédant pas d’expressions faciales, l'humain ne pouvait pas en être sûr.

Après quelques minutes, la créature relâcha sa main et retourna choir sur le rocher comme si rien ne s’était passé. L’Aigle Rouge, qui avait sérieusement décidé d’aider cette pauvre bête à survivre, commençait à désespérer. Il ne pourrait jamais le sauver, il n’avait pas les connaissances nécessaires… Il restait donc assis près de son protégé, espérant qu’une bonne idée lui viendrait. Pendant tout ce temps, la petite chose n’avait pas cessé d’émettre de petits son très aigus qui semblaient résonner dans la tête de l’homme.
avatar
L'Aigle Rouge
Habitant de Fanthaïsa
Habitant de Fanthaïsa

Messages : 12
Date d'inscription : 18/06/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
473/20000  (473/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re : plume et écaille

Message par Invité le Mer 20 Juin - 22:56

Freedepht nageait tranquillement dans les abysses du monde aquatique à la recherche de quelques plantes médicinales difficilement accessibles dans le monde de Fanthaïsia. Elle arrachait chaque plante qu'elle trouvait avec précision et grâce pour ne pas déséquilibré le milieu naturel, si fragile. Cependant dans les profondeurs ténébreuses de l'océan d'Albelay, elle entendit le cri d'une Sangsunité. Elle se mit à flotter dans l'eau à l'affut du moindre petit bruit qui indiquerait la position de la créature en danger. Elle comprit rapidement qu'elle demandait de l'aide à ses semblables mais décida tout de même d'aller voir si elle pouvait faire quelques choses pour l'aider.

A vrai dire, Freedepht n'avait point envie d'y aller : les sangsunités sont des êtres intelligents et dangereux, s'ils sont plusieurs des gens pourraient être blessés. De plus, la belle n'aimait point les rencontres terrestres, on ne sait jamais sur qui on tombe...

Elle continua sa progression jusqu'à la surface, plongée dans des pensées sinistres. Une fois qu'elle eut localisé la créature, elle se rapprocha de la côte, près d'un lieu où elle avait caché quelques vêtements. Elle sortit discrètement de l'eau s'habilla avec un châle couleur océan et marcha le long de la mer vers les cris du petit animal. Une fois proche de la petite créature, elle vérifia les alentours à la recherche d'autres sangsunités et surprit un humain, contemplant avec inquiétude le petit animal. Elle se cacha et observa la scène calmement. L'homme encapuchonné, tendait son bras vers le petit monstre assoiffé de sang. Elle remarqua aussi la présence d'un aigle, peu désireux d'être dans les parages. Quand la petite bestiole fut reput, elle s'échappa rapidement de la main de l'homme et continua à crier. L'homme semblait mal à l'aise, il ne savait pas quoi faire.

freddepht décida alors d'apparaître, s'approcha du petit sangsunité en chantant des mots de réconfort et le caressa doucement de sa main blanche et délicate. Ensuite sans regarder l'homme derrière elle, elle dit en langue humaine :

- Je vous conseille de vous éloigner d'ici, mon ami, les autres ne vont plus tarder et il n'est pas bon de rester dans les parages quand ils sont là.

Elle se retourna vers lui, le visage de marbre, le regard vide, un demi-sourire dessiné sur ses lèvres gelées :

- Merci d'avoir donné votre sang, il vous en est très reconnaissant.


Dernière édition par Freedepht Galagastania le Sam 23 Juin - 13:50, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Plumes et écailles [L'Aigle Rouge; Freedepht Galagastania]

Message par L'Aigle Rouge le Jeu 21 Juin - 19:15

L’Aigle Rouge commençait à se dire qu’il ne pourrait rien faire pour cette pauvre créature, il entendit des bruits de pas derrière lui. Il resta immobile et approcha sa main de son poignard. Un bref coup d’œil à Oiseau lui permit de voir que ce qui approchait de lui n’était pas hostile. Il se détendit un peu mais resta prêt a se défendre. Elle finit par entrer dans son champ de vision. L’humain fut surpris ; une femme se tenait devant lui. Une femme magnifique, à la peau très blanche, presque cadavérique. Ses cheveux étaient très longs et trempés. Il n’avait jamais vu des cheveux d’une telle couleur. Ils étaient teintés d’un bleu très pâle, on aurait dit que la mer s’exprimait à travers de cette chevelure. La jeune femme portait un corset très sombre qui semblait tissé de végétaux. Cette couleur profonde tranchait énormément a coté de la couleur de la peau de la superbe créature. Elle possédait un corps frêle, il semblait si fragile et était si gracieux… L’Aigle Rouge était subjugué par la beauté de cet être.
Elle lui tournait toujours le dos quand elle s’adressa à lui :

« Je vous conseille de vous éloigner d'ici, mon ami, les autres ne vont plus tarder et il n'est pas bon de rester dans les parages quand ils sont là. »

Elle se retourna ensuite, et L’Aigle Rouge prit un second coup au cœur. Cette femme était si belle ! Il se dégageait d’elle une sorte d’aura de danger, comme si elle était prête à vous tuer a tous moment. Cependant, le son de sa voix était si don et cristallin qu’il effaçait instantanément cette sensation. Les traits de la jeune femme étaient fins et durs, mais une incroyable douceur s’échappait de ses yeux. L’Aigle Rouge se sentait en sécurité rien qu’en la regardant. Elle dit :

« - Merci d'avoir donné votre sang, il vous en est très reconnaissant. »

Il ne comprenait pas bien ce qu’elle voulait dire par « les autres » et pourquoi elle semblait insinuer qu’ils étaient dangereux. Cette femme magnifique sortait de nulle part, caressait l’étrange créature et lui disait de s’en aller ? Il était a peu près certain qu’il saurait mieux se défendre qu’elle.

« Bonjour, je me nomme Anathor Ithele, je suis… un voyageur. A qui ai-je l’honneur ? D’où venez-vous ? Etes-vous… une sirène ? De quels autres parlez-vous? En quoi sont-ils dangereux ? Vous sauriez aider cette pauvre créature ? Je vous en prie aidez-la, je ne peux pas partir en laissant un animal dans cet état ! C’est très important ! »

L’Aigle Rouge avait menti sur son nom. Il ne savait pas trop pourquoi mais il voulait garder cette femme à l’écart de ses affaires avec l’URCUT. Il était pris d’un besoin insatiable de la protéger.


Dernière édition par Ethilan Aethor le Mer 27 Juin - 21:10, édité 1 fois
avatar
L'Aigle Rouge
Habitant de Fanthaïsa
Habitant de Fanthaïsa

Messages : 12
Date d'inscription : 18/06/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
473/20000  (473/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

RE : plume et écaille

Message par Invité le Sam 23 Juin - 13:49

Freedepht contempla l’homme qui était devant elle avec amusement : son visage d’une beauté ténébreuse ne s’amalgamait pas du tout avec son état d’angoisse actuel. Il la dévisageait intensément, regardant chaque détail de sa physionomie avec admiration et avec joie comme si la survie de la créature maritime dépendait de la présence de la belle. Elle détourna son regard de lui pour contempler le rivage et lui dit d’une voix détachée :

- Mmh… il est vrai que je ne me suis point présenté. Je me nomme Freedepht Galagastania, soigneuse et habitante de la contrée d’Albelay… Le petit être que vous venez d’aider n’est autre qu’un Sangsunité, un buveur de sang intelligent à l’apparence inoffensive. Cependant apprenez mon ami qu’il ne se déplace jamais seul mais en groupe. D’ailleurs ils ont une manière très déroutante de chasser - elle sourit froidement - d’abord un Sangsunité lance de petit cri pour attirer l’attention des voyageurs perdus, ensuite il goutte le sang de sa future proie pour savoir s’il sera bon de se repaître de lui, puis il crie plus fort pour appeler ses camarades qui se feront un plaisir de le dévorer vivant… Eh oui, c’est ça le problème quand on suit le code des soigneurs : les cris d’alerte ne se distinguant pas des cris de leurres, on se doit de venir pour le vérifier. Je vous conseille de partir donc… avant que…

Elle se tut et observa la moindre goutte d’eau avec minutie…

*ils sont déjà là…*

Elle vit une ombre derrière l’homme et bondit sur lui pour le protéger. Les deux individus se retrouvèrent sur le sol, freedepht regardant au-dessus d’elle pour voir où étaient les créatures. Les Sangsunités qui n’avaient plus rien d’adorable désormais émirent des sons plus aiguës de colère et recommencèrent à plonger sur les deux êtres. Freedepht prit la main de l’homme et courut à toutes jambes loin de l’océan tout en se réprimandant intérieurement d’avoir sauvé l’humain. Elle avait longtemps laissé les humains se faire dévorer pas ses créatures qui avaient le droit de se nourrir correctement alors elle ne comprit pas pourquoi cette fois si, elle avait sauvé l’inconnu. C’était contraire au code des soigneurs…

avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Plumes et écailles [L'Aigle Rouge; Freedepht Galagastania]

Message par L'Aigle Rouge le Mer 27 Juin - 21:09

L'humain fût surpris par le son de la voix de cette femme; de cette sirène. Elles ressemblaient donc à cela, une femme sublime à la peau pâle et dont la voix semble venir du fond des âges. Cette… sirène avait l’air d'avoir traversé plusieurs vies de tristesse et de douleur. Il émanait d’elle une aura étrange de paix, mais aussi de souffrance. A ses côtés, il se sentait détendu, en paix, mais elle attisait également chez lui un sentiment qu’il ne connaissait pas ; il ressentait le besoin de veiller sur cette créature d’apparence si fragile, qui semblait avoir tant souffert et pleuré.

L’étrangère lui annonça ce qu’était cette créature en apparence si inoffensive et il ne la crut pas. Il se dit qu’elle se moquait de lui puisqu’elle devait parfaitement connaître les animaux de la mer. Elle avait également parlé d’un code des soigneurs, elle devait donc les connaître mieux que quiconque.
Ethilan était en train de se demander s’il devait la croire ou non quand elle se jeta sur lui et le plaqua au sol. Il ne comprenait pas trop ce qu’il se passait ; Oiseau, tout affolé, tournait autour des deux proies en poussant des cris stridents. La sirène scrutait attentivement les environs puis elle se mit à courir à toute vitesse en direction de la terre ferme en entrainant l’humain par la main. L’Aigle Rouge put remarquer qu’ils étaient poursuivis par une demi-douzaine de sangsunités qui semblaient en colère et excités par la chasse. Il en vit un se jeter comme une furie sur les fuyards. L’Aigle Rouge se libéra de l’emprise de la sirène et asséna un coup de pied à la perfide créature. L’animal rebondit quelques mètres plus loin en poussant de petits cris plaintifs. Le groupe de prédateurs s’agrandissait tandis que le sang d’Ethilan bouillonnait. Il se sentait trahi ; il avait été naïf et faible, et maintenant il mettait cette magnifique sirène en danger. Il sortit son poignard de son fourreau, prêt à en découdre, et Oiseau se posa sur son épaule.

Les deux amis étaient bien décidés à protéger cette femme - car, humaine ou pas, il s’agissait d’une femme - et à lui montrer qu’ils pouvaient se défendre. Les sangsunités se mirent à s’agglutiner les uns aux autres. Ils formaient un tas de gelée translucide qui grandissait et bouillonnait entre deux rochers bercés par les vagues. L’Aigle Rouge, ne comprenant pas ce qu’il se passait, recula d’un pas et demanda :

« Et là, ils nous préparent un sale coup, non ? »

Il ne savait pas si la sirène était encore derrière lui ou si elle avait fui, mais il n’osait pas quitter du regard cette chose qui grossissait et s’allongeait à vue d’œil. Oiseau était nerveux aussi, enfonçant ses serres dans l’épaule de l’humain qui était tiraillé entre l’envie de s’enfuir, et celle de prouver à la sirène qu’il était fort et courageux.
avatar
L'Aigle Rouge
Habitant de Fanthaïsa
Habitant de Fanthaïsa

Messages : 12
Date d'inscription : 18/06/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
473/20000  (473/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

RE : plume et écaille

Message par Invité le Mer 4 Juil - 16:13


Freedepht regarda avec incrédulité l’homme sortir un poignard de son manteau et le diriger vers les Sangsunités. Elle savait pertinemment que les humains n’avaient pas le sixième sens commun à tous les animaux qui permet de fuir les dangers trop grands. Cependant, ême si cela avait pour but de la protéger, ce que le prénommé Anator entreprenait se rapprochait carrément du suicide.

Elle se détourna de lui et scruta la lisière d’une forêt qui se trouvait non loin de là. Puis elle réfléchit quelques secondes, elle n’était point obligée de rester avec lui, rien ne les liait cependant, en le contemplant et sans connaître la raison de ce désir, elle sut qu’elle ne pouvait ni ne souhaitait l’abandonner. Elle observa ensuite des collines plus proches d’eux : il fallait aller dans cette direction, les Sangsunités n’avaient pas encore muté, une seconde de perdue les rapprochait tous deux d’une mort lente et douloureuse. La voix d’Anator détacha le regard de la belle vers l’horizon et lui permit de réaliser la gravité de la situation :

« Et là, ils nous préparent un sale coup, non ? »

*Oh… non…*

Les Sangsunités s’agglutinaient les uns sur les autres et commençaient à former l’un des plus dangereux monstres aquatiques connus : le Cose. Cependant Anator ne sembla pas perdre contenance et se prépara même à se battre à l’aide de son aigle contre la nouvelle créature. Freedepht ne comprenant pas cet acte de bravoure si absurde, attrapa une seringue dans sa sacoche et la planta dans le cou de l’humain. Celui-ci tomba à terre, endormi à cause du paralysant. Ensuite elle tenta de le hisser hors de danger mais son oiseau au regard perçant l’attaqua sauvagement. La belle le repoussa d’un geste de la main et vociféra d’une voix sifflante :

« Oh tais-toi ! Tu ne vois pas que j’essaye de sauver la vie de ton maître. Tu devrais m’aider au lieu de pinailler. »

L’Aigle ne comprenant pas un mot des dires de la sirène continua à l’agresser, la mordant de son bec et la griffant de ses serres. Finalement le cose réussit une transformation complète et lança son premier assaut en direction de l’homme endormit. Heureusement Freedepht le remarqua : elle saisit Anator et le poussa de toutes ses forces vers un rocher éloigné de l’eau puis elle s’empara de l’aigle apeuré et se jeta sur le côté, dans le sable poudreux de la plage. Cependant sa vivacité était sérieusement diminuée sur la terre ferme, elle fut donc sévèrement touchée à la hanche. Elle examina sa blessure qui avait repris ses écailles à cause de l’eau et pesta en son for intérieur de son manque d’entraînement.

Des murmures se firent entendre vers l’humain, il se réveillait. La belle lâcha l’animal qui fila vers son maître et se posa sur son épaule en piaillant pour le sortir de son semi-sommeil. La sirène se leva ensuite avec difficulté et risqua une approche vers l’homme tout en hurlant :

« Courez pauvre idiot, ils ne peuvent pas s’éloigner du rivage ! Fuyez, vite ! Nous ne sommes plus en mesure de la vaincre ! »

Hélas le destin est parfois cruel et la jeune demoiselle n’eut le temps de faire que quelques pas avant de s’effondrer sur le sol, la plaie ensanglantée, le visage crispé par une douleur sourde, les membres totalement paralysés.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Plumes et écailles [L'Aigle Rouge; Freedepht Galagastania]

Message par L'Aigle Rouge le Jeu 5 Juil - 19:43

L’Aigle Rouge était bien décidé à découper cette ignoble chose qui se développait à une vitesse vertigineuse, quand tout à coup, ses jambes ne le protèrent plus et il s’endormit voilemment. A son réveil, Oiseau était en train de le secouer alors que la femme était à terre devant lui, une blessure profonde à la jambe, qui était parsemée d’écailles. Il calma son ami de quelques mots et demanda :

« Que m'est-il arrivé? Vous m'avez drogué? »

La magnifique créature le regarda avec effroi et lui ordonna de s’enfuir avec beaucoup d’autorité. Elle se leva, commença a courir puis s’effondra sur le sol ; quelques mètres plus loin.

L’Aigle Rouge devait faire vite, car le monstre était prêt à passer à l’offensive. Il lança son poignard en direction de son œil et se mit à courir vers la femme. Oiseau, voulant protéger son ami, se rua sur le monstre en poussant des cris amers.

La chose se détourna en direction de Oiseau, puis elle reçut le poignard sous l’œil droit. Elle poussa un gémissement de douleur et ses yeux se révulsèrent de colère. Les machoires de la bête claquaient tout prêt du volatile. Pendant ce temps, l’Aigle Rouge avait attrapé la jeune femme dans ses bras. Elle semblait endormie, comme paralysée. Il se mit à courir sans réfléchir en direction de son repaire, laissant son ami les défendre, seuls. Une fois arrivé à bonne distance du rivage, il la déposa contre un arbre puis il se retourna et vit que l’ignoble créature était toujours en furie et se débattait contre les agressions de l’aigle, qui semblait se fatiguer. Il était de moins en moins rapide et de moins en moins précis ; si bien qu’il finit par s’éloigner, de peur d’être touché. Malheureusement, le prédateur était très rapide et il profita de l’inattention momentanée du volatile pour le mordre. L’aigle Rouge vit la patte gauche de son ami être aspirée dans le corps du monstre. La pauvre bête se débattait de toutes ses forces pour survivre ; alors que lui le regardait souffrir. C’est alors que le monstre retourna violemment dans l’eau, emportant Oiseau dans sa course. L’homme hurla de toutes ses forces alors qu’il courait en direction du rivage. Il savait que c’était dangereux, mais il ne pouvait pas accepter la mort de son compagnon. Il se jeta dans l’eau et nagea a la recherche de son fidèle ami.

Il le vit non loin du rivage ; corps inerte ballotté par les vagues. Il nagea a toute vitesse en direction du volatile et le sortit immédiatement de l’eau. Il apporta l’animal prés de la forêt, le déposa sur la jeune femme puis il les porta tous les deux jusqu’à son repaire.

*Je vais le regretter, je le sens… Je ne devrais pas faire ça…*

Il ne savait pas pourquoi il le faisait, mais il ne pouvait pas laisser cette sublime créature seule. Il allait l’emmener au bassin dans la grotte. Cette petite cuvette d’eau qui, d’après son ami Poisson, communiquait avec la mer. Elle serait mieux là-bas, et Bandage pourrait l’aider. Pendant ce temps, il soignera Oiseau ; il ne le laissera certainement pas mourir, pas maintenant. Il s’occuperait plus tard du problème de confidentialité. Il devait d’abord les sauver.

« Ne vous en faites pas charmante créature, tout va bien se passer, j’ai des amis qui peuvent vous aider. »

Il marcha pendant environ une heure, luttant contre la douleur lancinante dans ses bras, et contre les vertiges qui l'assaillaient depuis sa petite sieste. Une fois enfin arrivé devant la grotte de Greftha, il marcha sur quatre pierres dans un ordre bien précis, puis un gros rocher se déplaça pour dévoiler l'entrée secrète de son repaire. Il descendit les premières marches puis le rocher se referma, et il mit quelques secondes à s'habituer a la pénombre. En effet, l'entrée était éclairée par seulement quelques torches.
Une fois arrivé dans le hall principal, ses hommes le remarquèrent et s'approchèrent. Il leur ordonna d'appeler Bandage et de l'envoyer au bassin. Il continua son chemin sans s'arrêter, traversa un immense corridor ainsi que quelques somptueuses salles bien décorées. Il arriva enfin dans la pièce du palais la plus proche de la mer. Une partie de celle-ci était aménagée en salon, l'autre était baignée par une lueur bleuâtre qui émanait de l'immense bassin d'eau salée qui était là. Il déposa Oiseau sur un fauteuil, près du bord, puis il s'introduit doucement dans le bassin. Il déposa la sirène sur une des marches qui avaient été aménagées pour la baignade, entièrement immergée, et attendit Bandage. Il vit les jambes de la femme se couvrir d'écailles progressivement, puis elles fusionnèrent et devinrent une magnifique queue de poisson. Elle était alors vraiment d'Albelay! Il ne pouvait y croire, c'était magnifique... Il ne pouvait malheureusement rien faire pour elle... Il se rabattit sur Oiseau et commença a nettoyer et bander ce qu'il restait de sa patte. Il ne pourrait plus chasser comme avant... Quel malheur! Et tout ça c'était sa faute! A lui et sa fichue compassion pour n'importe quelle créature vivante! Il était capable de prendre en pitié le pire des prédateurs marins!

Bandage arriva enfin, les bras chargés de pansements et de paniers d'herbes médicinales.

"J'ai besoin de toi, mon ami, cette femme est blessée par ma faute. Elle m'a sauvé la vie, maintenant, c'est à nous d'en faire autant."

Le médecin de la résistance ouvrit de grands yeux ronds:

"Mais de quelle femme parlez-vous, chef? Il n'y a que vous et l'aigle ici!"

L'Aigle Rouge répondit, d'une voix légèrement amusée:

"Regardes donc dans le bassin, elle est... spéciale; j'espère que tu pourras la soigner..."
avatar
L'Aigle Rouge
Habitant de Fanthaïsa
Habitant de Fanthaïsa

Messages : 12
Date d'inscription : 18/06/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
473/20000  (473/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re : plume et écaille

Message par Invité le Sam 14 Juil - 19:05

Freedepht sentit le sable chaud coller sa joue glaciale avant de sombrer dans les ténèbres, submergé par une douleur trop pesante. Elle subit le courroux de son corps malmené par la blessure trop forte en faisant de nombreux cauchemars qui la firent gesticuler en tous sens. Elle rêva d'abord de son passé, des nombreuses personnes qu'elle avait vues, puis d'un bal masqué et enfin de masque géant se moquant d'elle de rires acerbes. Elle courut longtemps dans son rêve pour leur échapper mais fut rapidement rattrapée par des ombres d'enfants qu'elle n'avait pu sauver de la maladie.

Elle se réveilla en sursaut sans prononcer le moindre son, la bouche ouverte, les yeux en alertes, le corps dans l'eau. Elle passa sa main sur son visage, soulagé qu'elle n'est subit que l'illusion d'un rêve. Elle grimaça à cause de sa blessure, puis posa une de ses mains sur la plaie : des bandages la couvraient. Quelques peu étonnée, elle se souvint des événements qui l'avaient engendré son état et scruta les alentours pour trouver un quelconque élément qui relaterait ce qui s'était passé lors de son sommeil. Elle constata alors qu'elle était dans un magnifique palais parsemé de décorations royales avec des tableaux aux contours dorés, des bijoux de toutes sortes et des meubles des plus beaux bois. Elle remarqua aussi la présence d'un couloir où de grandes portes cachaient surement quelques chambres et autres salles importantes.

Elle essaya de se lever mais ne le put : immergées dans un bassin, ses jambes étaient devenu des nageoires caractéristiques de sa forme aquatique. Elle souffla doucement, énervé de ne point contrôler la situation puis se hissa hors de l'eau pour pouvoir se déplacer correctement. Ne voyant rien pour s'essuyer, elle prit son mal en patience et attendu que l'air fasse son travail pour réchauffer son corps et évaporer l'eau de son corps. Elle contempla alors une table et rampa jusqu'à elle avant de s'assoir sur la première chaise qu'elle trouva. Elle reprit alors sa respiration avant de s’apercevoir que l'oiseau d'Anator était posé sur la table, les yeux fermés, haletant de douleur. Il avait une patte en moins, surement arrachée lors d'un combat acharné avec le Cose. Elle le caressa doucement en disant :

"Mon pauvre petit, qu'est-ce que l'on t'a infligé..."

Elle prit sa sacoche posée non loin de là et promit en son for intérieur de rester au côté de l'animal jusqu'à sa guérison. Elle prit quelques onguents pour l'appliquer sur le moignon de l'aigle. Des pas se firent entendre, surement son maître. Elle ne lui adressa aucun regard et dit d'un ton nonchalant :

" Le pauvre animal a beaucoup souffert. Je ne vous félicite pas de l'avoir laissé subir cela. Votre aigle a besoin des soins que je vais lui apporter, je vais donc devoir rester à ses côtés un certain temps... Je vous remercie tout de même de m'avoir sûrement sauvé et soigner. Je serais morte sans votre aide."

Elle entoura le moignon de l'animal puis sursauta, elle venait de se rendre compte que le bas de son corps était sec et qu'elle était donc parfaitement nue devant l'inconnu.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Plumes et écailles [L'Aigle Rouge; Freedepht Galagastania]

Message par L'Aigle Rouge le Mer 5 Sep - 12:15

Ethilan était parti quelques minutes chercher des linges pour permettre à la sirène de se sécher et de se couvrir à son réveil. Bandage était avec lui. Il ne cessait de répéter que Oiseau ne pourrait plus jamais chasser correctement, que le jeune homme n’aurait pas dû le laisser se battre ainsi. Toutes ces réprimandes l’insupportaient ; il savait pertinemment que son ami souffrait le martyr et qu’il avait besoin de ses deux serres pour vivre correctement. Il s’en voulait de l’avoir laissé se battre contre une créature si dangereuse ; néanmoins, l’animal était toujours prêt à tout pour protéger son ami qui l’avait sauvé il y a bien longtemps.

Les deux hommes arrivaient dans la caverne, Ethilan ouvrant la marche, quand le chef se rendit compte que la sirène était proche de son ami, entièrement nue ! Ethilan resta bouche bée quelques instants devant ce délicieux spectacle puis, reprenant ses esprit, il se retourna et fit signe à Bandage de se retirer sur le champ, qui s'exécuta. La jeune femme, ayant sans doute entendu les deux hommes approcher, continua le flot interminable de sermons que le guérisseur avait commencé :

" Le pauvre animal a beaucoup souffert. Je ne vous félicite pas de l'avoir laissé subir cela. Votre aigle a besoin des soins que je vais lui apporter, je vais donc devoir rester à ses côtés un certain temps... Je vous remercie tout de même de m'avoir sûrement sauvé et soigner. Je serais morte sans votre aide."

Certes, elle rajoutait encore du poids à la peine du jeune homme mais, contrairement à Bandage, ne semblait pas désemparée et impuissante. Une lueur d’espoir apparut dans les yeux de l’Aigle Rouge.

« Je suis tout à fait disposé à vous laisser vous occuper de lui, je vous le demande même ; ne pouvant vous l’ordonner. Il s’agit de mon seul véritable ami, et je m’en veux atrocement d’être la cause de ses souffrances. Je vous serai éternellement reconnaissant si vous parvenez à atténuer ses souffrances, mon médecin est totalement impuissant face à un animal. Il ne sait guérir que les coups d’épées et les impacts de flèches… Néanmoins, je vous prierai de vous couvrir avec ces linges que j’apportais, je n’apprécie pas tellement de discuter avec une merveilleuse créature qui se trouve nue, dans mon dos. Bien que votre corps soit sublime, ce sera à vous de décider de quand vous voudrez me le montrer."

Il rit doucement à cette touche d'humour qu'il trouvait particulièrement fine et bienvenue.

"Votre blessure vous fait-elle souffrir ? Bandage n’avait jamais vu de ses yeux une créature de votre… sorte. Il a fait ce qu’il aurait fait pour un humain, néanmoins… Vous me semblez être bien plus que ça… Tous mes hommes parlent de vous et de vos semblables comme de légendes que l’on raconte aux enfants qui ne sont pas sages… »

N’osant se retourner de peur d’effaroucher la belle, il déposa les grands linges sur une pierre plate qui se trouvait là et partit de cacher derrière la porte de la pièce.

« Je vous en prie, je ne regarde pas. »
avatar
L'Aigle Rouge
Habitant de Fanthaïsa
Habitant de Fanthaïsa

Messages : 12
Date d'inscription : 18/06/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
473/20000  (473/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Plumes et écailles [L'Aigle Rouge; Freedepht Galagastania]

Message par Invité le Sam 8 Sep - 16:32

La demoiselle resta immobile pendant quelques secondes : cet homme avait réellement l’air de s’en vouloir et cela lui plaisait. Il regardait de part et d’autre de la pièce sans jamais poser ses yeux sur elle : sans qu’elle comprenne pourquoi, elle sut qu’elle pouvait lui faire confiance. Elle sourit devant la maladresse de l’homme face à sa nudité puis s’approcha nonchalamment de lui pour lui prendre la couverture qu’il lui tendait. Elle s’en drapa comme l’on porte une jupe puis mit le corset qui lui avait été offert par sa mère. Enfin elle racla sa gorge pour que l’homme se retourne vers elle et lui dit d’une voix plus douce :

« Je vous remercie pour votre aide… Je resterais pour votre animal cependant je retournerais en Albelay pour continuer mes consultations auprès de mes patients… »

La douce sirène toucha doucement sa blessure puis dit au jeune homme, un visage de marbre se peignant sur ses traits autrefois joyeux :

« Je suis une sirène comme vous l’avez compris… il est vrai que notre physionomie n’est pas la même que la vôtre. Cependant, sachez que, votre ami médecin a fait du mieux qu’il le pouvait. Il faut lui en être reconnaissant. Il est vrai que nous sortons peu de l’eau mais il existe bel et bien, un magnifique royaume de lumière dans les tréfonds de l’océan. »

Elle s’avança doucement vers l’oiseau, toucha ses ailes puis soupira doucement : elle ne savait pas réellement s’il allait s’en remettre mais elle ferait tout pour. Elle reporta son regard vers le jeune homme qui était si étrange à ses yeux puis lui dit simplement :

« Parlez-moi de vous. Où suis-je ? Qui êtes-vous et pourquoi vivez-vous dans une grotte humide et cachée de tout ? »

Une pensée traversa l’esprit de la sirène qui ne laissa rien transparaître : un malfrat… un voleur ou peut-être encore un criminel. Finalement lasse de cette entrevue et de ses réflexions, elle posa la paume de sa main sur son menton et prononça ces quelques mots avec détachement :

« Vous êtes un criminel peut-être ? »
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Plumes et écailles [L'Aigle Rouge; Freedepht Galagastania]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum