La quête des écrits oubliés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La quête des écrits oubliés

Message par Maître du Jeu le Ven 15 Juin - 10:06

* Une foule de monde se regroupe au centre de la place de la ville Unificia, les gens ont fondé une sorte de cercle autour d'un panneau d'affichage en bois avec inscrit quelque chose que vous ne pouvez lire de là où vous êtes. Vous décidez alors de vous avancer afin de connaître la cause de cette attroupement, vous vous plantez devant le panneau et commencez à lire *

" Chers Aventuriers,

Vous sentez vous l'âme d'un aventurier ? Un vrai aventurier ? oh je vous vois venir avec vos grands airs supérieurs vous devez vous dire qu'évidemment vous êtes un vrai aventurier,et sans doute le plus fort d'entre tous ! Méfiez-vous mon enfant, ce que je vais vous demander là est plus difficile que tout ce que vous ayez pu connaître auparavant. Avez-vous entendu parler des Espiritus ? Des écrits anciens sont cachés un peu partout en Onixion, des écrits rares qui dépassent tous vos rêves et même les plus fous. Vous vous demandez sans doute où je veux en venir n'est pas ? Soit, je ne vais pas vous faire perdre plus votre temps.Il y a en tout trois écrits anciens sous forme de parchemin, ils sont tous accompagnés d'un coffre décoré d'écriture doré : à l'intérieur vous y trouverez 5 000 Pièces d'or, vous n'êtes qu'un être cupide n'est-ce pas ? Ne vous demandez vous pas à quoi servent les parchemins ?

Même si cela vous est égal, je vais quand même vous le précisez : Ces parchemins contiennent tous des écrits sur les Espiritus, sur leurs existences et sur leurs disparitions. Vous vous demandez sans doute si les Espiritus ont réellement disparus ? S'ils ne reviendront jamais ?

Cherchez mon enfant et vous obtiendrez vos réponses,

Inconnu.
"

avatar
Maître du Jeu
Habitant de Fanthaïsa
Habitant de Fanthaïsa

Messages : 14
Date d'inscription : 04/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La quête des écrits oubliés

Message par Ambra Alesi le Dim 24 Juin - 21:29

Comme par habitude, Ambra se promenait à l'intérieur de la ville d'Unificia éclairée par les rayons de la lune relevant la beauté délicate et le doux calme de celle-ci. Elle marchait le pas lent et tranquille parmi les ombres qu'offraient les nombreux murs de la ville, sa combinaison de lin rouge et noire ravivait la ville endormie. Tantôt lumineux tantôt obscure, la vampire jouait avec les ombres telle une danse frénétique et envoûtante . La ville était des plus calmes aucun geste visible et aucun son n'était audible même les chats de gouttières avait déserté les rues, la lumière chaleureuse des bougies dans les foyers n'était même pas de la partie et seule Ambra maquillait les rues de sa présence. Elle avançait lentement près de la place centrale où elle pouvait apercevoir au loin un panneau d'affichage avec une fiche accrochée par un simple clou. Elle s'avança afin de rassasier sa curiosité qui avait grandi à la vue de cette affiche, elle se trouvait désormais suffisamment près du panneau pour arriver à lire ce qu'il y avait inscrit sur la fiche. La vampire prit un sourire mesquin en lisant les écritures qui disaient chercher des aventuriers pour trouver des écrits renseignant des informations sur les Espiritus et qui offrait une certaine somme de pièce d'or. Ambra se moquait éperdument de l'or et ce qui l'intéressait c'était simplement les écrits cela faisait plusieurs siècles qu'elle en cherchait ils étaient très importants pour l'histoire entière de Fanthaïsa. Elle tourna les talons et se frotta les mains, elle allait s'occuper et pour la bonne cause cependant elle devait se rassasier avant de partir sur les routes, elle regarda de gauche à droite cherchant un foyer éclairé mais elle ne trouva rien et elle ne devait pas perdre de temps elle passa alors à l'acte.

Elle sauta furtivement sur un balcon pratiquement vide, la vampire avait une belle vue de là cependant ses yeux s'attardèrent sur des ornements de roses qui s'y trouvaient. Elle se baissa pour en prendre une dans ses mains, elle la rapprocha de son nez pour sentir les parfums délicats et délicieux qui en sortaient puis elle la plaça dans ses cheveux. La vampire donna deux grands coups de pieds dans une porte-fenêtre collée au mur, elle arriva à l'ouvrir et observa une petite enfant en train de dormir avec l'un de ces ours en peluches qui étaient devenus à la mode. Elle sourit trouvant la scène des plus attendrissantes possibles cependant ses crocs la démangeaient et la suppliaient de morde la chair de cette jeune fillette. Ambra s'assied au bord du lit et caressa le front de la fille après avoir déposé un baiser sur celui-ci, elle rapprocha son visage près de la gorge et la mordit pour boire le délicieux nectar qui en découlait. La jeune fille n'eut pas le temps de se réveiller pour ressentir la douleur qu'elle s'endormit dans un sommeil éternel, une chose vitale pour la vampire qui en devenait mortel pour cette petite humaine sans défense ... L'ironie du sort certainement. La vampire se releva doucement et déposa une seconde fois un baiser sur la joue de l'enfant, elle y déposa également sur le côté la rose qu'elle avait recueilli plus tôt sur le balcon. La vampire plaqua deux doigts contre la nuque de la fillette afin de s'assurer qu'elle était effectivement morte : elle ne respirait plus.


Elle ne s'éternisa pas dans la chambre et elle s'en alla tout comme elle était rentrée telle une voleuse venant piller les bijoux auxquels les gens tenaient temps. Elle se retrouva dans la rue qu'elle avait laissé quelques instants et elle ne fut pas surprise en voyant que rien n'avait changé, elle songea soudainement à la recherche aux trésors et à l'endroit où elle commencerait ses recherches : Les chutes de Drafus ! Oui c'est par là qu'elle débuterait à chercher, elle le savait les écrits ne se trouveraient pas si facilement et elle devrait faire preuve de perspicacité et de réflexion pour espérer les trouver. Elle se trouvait désormais sur la route, la vampire devait avouer qu'elle appréciait particulièrement ses escapades en Onixion à cause de ses nombreux paysages les plus splendides les uns que les autres, c'était un régal pour ses yeux et surtout sous les reflets de la lune. Elle se doutait bien que la recherche ne se ferait pas facilement et que certainement beaucoup de gens seraient sur le coup,ce qui pimenterait le jeu cependant cela faisait maintenant 300 ans qu'elle cherchait et elle ne se permettrait pas de ne rien trouver ce serait un échec total pour la vieille vampire. La route semblait paisible et accessible de tous, ainsi commença l'aventure.

_________________

'' Mon amour pour vous me tuera pourtant je vous aimes .. "
Parole prononcée par Ambra à l'intention de son peuple



La fiche d'Ambra
avatar
Ambra Alesi
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 146
Date d'inscription : 18/04/2012
Age : 26

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
3300/20000  (3300/20000)

Voir le profil de l'utilisateur http://fanthaisa-rpg.pro-forums.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La quête des écrits oubliés

Message par Murasaki Ainochi le Lun 25 Juin - 5:51

La Quête des écrits oubliés

La nuit venait de tomber, le ciel sur Unificia, cité érigé par l’union de plusieurs races peuplant le monde de Fanthaïsa, amis comme ennemis. La démone ne parvenait pas à saisir toutes les subtilités de ce principe d’entraide pourtant simple, ne comprenant pas comment l’on pouvait faire confiance à ses ennemis pour bâtir quelque chose avec son aide. Ayant pour principe d’effectuer les tâche d’importance que par soit même, Murasaki percevait cette cité comme un pur miracle. Elle passait beaucoup de temps à flâner dans ses rues et place principales pour récolter des informations et étudier le comportement de tous et chacun. Vivre en harmonie ne faisait pas partie de ses habitudes, en tant que démon elle préférait de loin dominer les autres races, les considérants comme inférieurs, mais aussi très intrigantes. La curiosité de Murasaki n’avait presque pas de limite, seul son sens du devoir parvenait à la remettre dans le droit chemin si elle s’égarait trop de son but premier. Ça et son Maître, l’élu de son peuple, bien que cette relation soit assez particulière avec la démone.

Elle marchait dans les ombres de la ville, ne cherchant nul autre que plus de connaissance sur les lieux, attardant son regard sur les bâtiments, scrutant dans le moindre détail chaque pierre qui constituait, chaque muraille, chaque chaumière et chaque pavé sur lequel elle posait les pieds. Vêtue d’une cape noire qui la couvrait de la tête aux pieds, on pouvait dire qu’elle passait inaperçue aux yeux de tous bien que la nuit était plutôt déserte à l’extérieur. Le capuchon de sa cape rabattu sur sa tête ne laissait qu’apercevoir son menton, étroit et pâle bout de chair reluire dans l’obscurité. Ses prunelles de rubis sanguinolents guettaient chaque petit mouvement qui pouvait lui paraitre suspect, de l’assassin qui se mouvait parmi les ombres au simple chat de ruelle qui dérangé par sa présence quittait un instant ses poubelles. La démone ne perdait cependant pas son temps avec ses petits chats de gouttières, plus tôt dans la journée elle avait eu vent d’une affiche qui faisait beaucoup de bruit, bien que le papier ne puisse parler, elle avait entendu beaucoup de chose à son sujet, et cela l’intriguait fortement. Ses pas qui résonnaient sur le pavé malgré elle, elle aime porter des bottes montant haut sur ses mollets et à bouts pointus, trahissaient légèrement sa présence dans les rues nocturnes d’Unificia. Lorsqu’on tendait bien l’oreille, on pouvait percevoir qu’elle se déplaçait vers la place publique, voire d’elle-même cette affiche étant son but depuis qu’elle en avait entendu parler. Pourquoi avoir attendu la nuit pour s’y rendre? Éviter une trop grande foule tout simplement, et ainsi éviter de dévier de son but.

Devant le panneau qu’elle regardait de son air froid et sans grande émotion, elle lisait d’un trait les écritures, les analysant d’un aspect détaché. L’évocation d’une récompense en échange de parchemin précieux attisa légèrement sa convoitise, mais chez Murasaki ce n’était pas l’aspect du gain qui dominait. Non, l’or n’avait que peu de valeur comparer à la reconnaissance qu’elle obtiendrait si elle ramenait ces parchemins sur les Espiritus à son maître. Même s’il ignorait cette décision qu’elle venait de prendre de récupérer ces parchemins, elle ne pouvait que s’imaginer la fierté dans ses yeux lorsqu’elle les lui remettrait. Pour obtenir ce genre de sentiments la démone se poussait aveuglément vers différentes quêtes susceptibles d’égayer la confiance - elle avait elle-même une confiance naïve envers l’élu - et la fierté de son maître.

Murasaki n’avait pas de temps à perdre, chaque secondes était précieuse pour mettre la main sur ses parchemins. Elle ignorait combien d’autre avaient pu partir à leur recherche, mais elle était sûr d’une chose, si elle venait à croiser leur route, elle se ferait un plaisir de leur mettre des bâtons dans les roues. Et ce quoi que ça lui en coûte. Personne ne l’empêcherait de ne pas atteindre son but, non personne!

Elle sursauta, un léger bruissement lui vint aux oreilles, elle en chercha la provenance. Dans la noirceur de la nuit elle distingua au loin une silhouette encapuchonnée. Un peu comme la sienne, mais qui se précipitait déjà loin d’unificia. Ses traits se tirèrent, mécontents, l’avait-on vu devant ce panneau? L’espionnait-on? Elle voulait en avoir le cœur net. Elle s’élança silencieusement vers la silhouette, sentant une présence non humaine tourner autour d’elle. Elle ne la quittait pas des yeux, la prenant en filature. Peu lui importait de qui il s’agissait, le sang allait peut-être couler une deuxième fois cette nuit, et ce ne serait pas pour nourrir une créature de la nuit.

_________________
Murasaki Ainochi
avatar
Murasaki Ainochi
Noble de Fanthaïsa
Noble de Fanthaïsa

Messages : 22
Date d'inscription : 18/05/2012

Feuille de personnage
En couple avec: Personne, encore innocente & beaucoup trop fier, vous n'êtes pas assez digne.
Guilde:
Pièces d'Or:
1250/20000  (1250/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La quête des écrits oubliés

Message par Astralÿs Wiz'Rakad le Lun 25 Juin - 18:13

Astralÿs ondulait au plus profond d'une grande rivière. Elle avait ôté la teinture orangée des écailles de sa queue de poisson, à présent d'un bleu océan, ainsi que la plupart des ornements caractéristiques de sa fonction de reine des sirènes. Elle n'avait vraiment pas besoin de se faire remarquer maintenant. En réalité, elle était partie sans consulter personne, même pas ses conseillers. Certes elle en avait le droit, elle avait tous les droits, mais ils auraient tout fait pour éviter qu'elle parte sans une escorte considérable, et même pour éviter qu'elle ne parte tout court. Il ne fallait surtout pas que la reine se mette en danger...
Mais Astralÿs voulait partir. Elle avait besoin de prendre du recul. Comment pouvait-on administrer un pays sans cela ? En restant toujours au même endroit, elle ne voyait qu'une partie de ce qui se passait dans le pays, elle était étouffée par ses Conseillers dans son palais. Alors elle avait laissé une lettre, et elle était partie. Bien sûr, afin de ne pas laisser son pays en chute libre, elle avait donné de nombreuses instructions. Normalement, tout se passerait bien, du moins elle l'espérait.

Astralÿs avait traversé tout Albelay, puis avait pénétré dans le royaume en passant par la plage du Crépuscule. Elle s'était alors empressée de rejoindre un cours d'eau, qu'elle avait suivi tant qu'il allait dans la bonne direction. Lorsque celui-ci avait dévié, elle avait marché jusqu'à une autre rivière. Et ainsi, de cours d'eau en cours d'eau, elle avait nagé à travers le Royaume, à travers Sleyenna, et cela en restant incognito. La lumière était beaucoup plus forte sur le continent, mais la Reine avait fini par s'adapter, bien qu'elle ne sortit de l'eau que pendant la nuit pour éviter de se déshydrater.
Il faisait d'ailleurs nuit, au moment où Astra émergea de la rivière où elle se trouvait dans un bruit à peine perceptible de gouttelettes. Sa queue disparut pour laisser place à une paire de fines et pâles jambes humaines. Immédiatement, elle revêtit une jupe ample. C'était ce qu'il y avait de plus pratique si elle devait à nouveau plonger où se battre. Elle attacha à sa taille la ceinture noire où était attachée l'épée royale dans un simple fourreau de bois et de cuir. L'arme était subitement plus lourde, elle n'avait pas l'habitude de l'utiliser sur la terre ferme.

Devant la jeune sirène se dressaient les remparts d'Unificia, sûrement l'unique ville de Fanthaïsa où toutes les races cohabitaient en paix. Les portes n'étaient pas fermées, ce qui était étrange à cette heure avancée. Sans doute la paix était-elle si complète que personne ne se méfiait vraiment au point de fermer la cité. En tout cas, cela arrangeait bien la Reine. Elle entra à pas feutrés, et marcha pieds nus sur les pavés encore gorgés de la chaleur diurne jusqu'à la place centrale. Celle-ci, habituellement remplie par la foule, était déserte et silencieuse. Enfin, pas tant que cela... Une ombre se tenait devant un panneau d'affichage. Il s'agissait d'une femme, mais Astralÿs n'aurait su dire à quelle race elle appartenait. Elle ne tarda pas à s'éloigner, apparemment sur ses gardes. La jeune sirène quant à elle s'était dissimulée derrière la façade d'une petite maison. Elle ne savait pas réellement pourquoi, mais elle était remplie de méfiance, et pourtant, la ville était censée être paisible... Elle s'approcha du panneau d'affichage, intriguée, et y vit un message qui éclipsait tous les autres. Elle n'eut aucun mal à déchiffrer l'écriture, l'obscurité n'était pas un problème pour elle qui avait toujours vécu dans les sombres fonds marins.

Astralÿs se redressa en souriant. Une quête... voilà qui l'émoustillait. Elle était venue en Onixion pour se renseigner sur les autres peuples, et cette quête était une opportunité : en effet, elle allait pouvoir en savoir plus sur le plus mystérieux des peuples, celui des Espiritus. Mais était-ce bien prudent ? Elle se raisonna : si les dieux l'avaient choisie, elle ne devait sûrement pas être sans défense. Au fond d'elle, elle savait qu'elle avait décidé de faire cette quête dès qu'elle avait lu l'annonce. L'argent promis l'avait intéressée, jusqu'à ce qu'elle se rappelle qu'elle n'en avait pas usage. Que pouvait-elle bien acheter alors que tout lui était fourni ? Ces 5000 pièces d'or étaient alléchantes, mais inutiles. Les parchemins avaient beaucoup plus de valeur...
Alors elle décida de suivre la femme qui s'était tenue quelques instants plus tôt là où la jeune sirène se tenait à présent, devant ce panneau. Ce serait certainement un bon commencement... Et puis la femme devait certainement avoir décidé de faire la quête, elle aussi. C'était en la suivant qu'Astra en apprendrait le plus. Elle ne tarda pas à l'apercevoir de nouveau, et se demanda si elle devait se montrer ou non. Elle observa plus attentivement... et se rendit compte que cette femme suivait elle-même une autre silhouette, plus lointaine...

Alors la Reine ne se montra pas. Elle poursuivit sa filature en silence, attendant de voir ce qui se passerait. Parfois, des gouttes tombaient de ses cheveux encore humides qui gênaient sa vision. Elle les écarta de son visage, et ouvrit grand les yeux, tous sens aux aguets.
Un coup de vent passa soudainement, rafraîchissant la peau d'Astra qui frissonna. Elle frissonna encore... et encore... et ne put plus se retenir : elle éternua. C'était un éternuement discret, mais nettement perceptible dans le silence qui régnait. La femme qu'elle suivait devait avoir entendu, tant pis pour la filature. Le jeune femme sortit de son couvert et s'avança sans chercher à se cacher vers la femme. Elle sut en s'approchant que c'était une démone, et cela l'inquiéta légèrement.


Dernière édition par Astralÿs Wiz'Rakad le Mar 14 Aoû - 12:40, édité 1 fois
avatar
Astralÿs Wiz'Rakad
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 107
Date d'inscription : 21/04/2012

Feuille de personnage
En couple avec: Personne
Guilde:
Pièces d'Or:
4400/20000  (4400/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La quête des écrits oubliés

Message par Invité le Jeu 28 Juin - 8:05


    Emélya avait enfin atteint la ville Unificia. Elle avait parcouru le chemin entre la plaine des elfes et la ville en plusieurs long jours. Elle avait passé du temps sur le dos de Felou ou avait marché ou volé. Elle ne s'était arrêter que rarement pour dormir un peu et manger. Le petite fée avait envie de découvrir le monde et avait voulu commencer par Onixion. Pourquoi ? Aucune idée. Mais elle était heureuse de s'y rendre. Son ami veillait sur elle et sa magie aussi. Parfois, celle-ci se mettait à briller aux bout de ses doigts quand un danger était proche et que son protecteur n'avait pas sentit venir.

    Ce matin là, elle avait vu au loin les lumières de la ville. Elle sentit monter en elle l'excitation de l'approche de son point d'arrivée. Emélya marchait tranquillement et ne se rendait pas compte que son pas s'accélérait au fur et à mesure. Son compagnon la suivait en trottinant. Arrivée aux portes de la ville il s'assit devant et fixa la petite princesse.

    « Tu veux rester ici toi hein... Hé bien, je te retrouverais après ma visite. »

    Elle tendit la main pour caresser sa joue et s'éloigna en sautillant vers la ville. En passant la porte, elle fut stupéfaite de la beauté du lieu. Ses parents et professeur avaient raison, quand tout les peuples travaillaient ensembles cela ne donnaient que de belles choses. Elle marchait lentement admirant la verdure et l'architecture. Tout était parfais. Elle soupira, sa route n'avait pas été vaine. Tout ce qu'elle verrait et ferait ici serait comme elle l'avait rêver, agréable et sympathique.

    Elle marcha toute la journée dans les petites rue et ruelle de la ville. Elle passa plusieurs fois sur la place central, il devait y avoir un truc spécial au centre car une foule de personne se massait devant un panneau. De part sa petite taille, elle se dit qu'elle repasserait voir cela quand il y aurait moins de monde. Elle s'engagea donc dans une petite rue agréable ou des bancs plongé dans le soleil trônaient sur les cotés. Elle s'y assis et profita des rayons qui la réchauffait, même si le soir commençait à pointer son nez.

    Emélya soupira d'aise encore une fois et en regardant le ciel qui s'étoilait, elle se dit qu'il serait peut-être temps de satisfaire sa curiosité. Elle sauta du banc en faisant vrombir ses ailes et vola vers le panneau d'affichage. La nuit était presque complètement tombé et la lune commençait son travaille de lumière naturelle. Elle lu les lignes sur la recherche de parchemin. De nature très curieuse elle se mit en tête de les retrouver et si en plus elle pouvait gagner un peu d'or en les trouvant cela lui permettrait de se racheter des objets pour son voyage.

    Elle avait aussi très envie de lire ces parchemins et de les stocker dans son coffre. Elle s'étira avant de voir au loin dans la rue qui s'assombrissait d'autres silhouette qui marchaient. Les unes semblaient suivre les autres. Est-ce qu'elles étaient aussi là pour cette quête. Elle volait dans leurs directions en espérant ne pas tomber sur quelqu'un de méchant ou totalement fou. Après tout les quêtes ne visait pas seulement les personnes qui avaient bon fond.

    La lune maintenant bien haute éclairait la rue et faisait briller certaines dalles sur le sol. Cette ville était aussi belle de jour comme de nuit. Si la curiosité ne la poussait pas à chercher les parchemins elle se serait installer sur le toit d'une grande maison pour admirer la vue. Elle continuait de suivre les silhouette ombré pour découvrir qui se cachait là.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re : La quête des écrits [Anator]

Message par Leye Xinthas le Sam 30 Juin - 14:46

Dans un bateau d’approvisionnement offert par le roi humain pour nourrir Unificia, Anator, le fougueux jeune homme au regard assassin, regardait l’océan et sa beauté légendaire. Il appréciait sentir le vent contre sa peau, entendre les voiles se plier devant la mélodie des souffles, voir les hommes se battre contre les forces de la nature pour avancer vers leur objectif.

Le soir, les hommes buvaient du rhum et chantaient en l’honneur des sirènes, tapant du pied en rythme et monnayant leurs petits sous contre des pichets d’alcool divers et variés. Soudain en début de matinée, un matelot hurla que la terre ferme était en vue. Les hommes se souriaient, riaient, certains remerciaient le ciel de leur avoir été favorable compte tenu des nombreux dangers qu’ils avaient encourus.

Anator ne s’intéressait ni à ces individus, ni au temps. Depuis le début du voyage, il était resté sur la poupe, le regard en alerte, attendant avec impatience d’arriver à Unificia pour pouvoir vérifier si les rumeurs sur la quête des écrits étaient bien fondées. Il posa pied-à-terre et fit un dernier signe au matelot qui avait partagé sa route avant de s’enfoncer dans la ville des races. Son cœur battait à tout rompre : il souhaitait réellement que la quête soit véridique pour pouvoir trouver des informations sur ceux qui ont réussi il y a fort longtemps à réunir les peuples.

Il entra rapidement dans une petite ruelle sombre et escalada une maison pour pouvoir avoir une vue d’ensemble sur Unificia. Il aimait beaucoup ce qu’il voyait : la ville circulaire était parsemée de petite rue étroite agréable grâce à la fraicheur des maisons en bois et à encorbellement qui aspirait l’énergie des sols et les doux rayons de lumière qui éclairait les visages des habitants. Au centre de la ville se trouvait une place centrale avec quelques bancs où les premiers errants se posaient tranquillement, deux puits pour ravitailler les populations, et un magnifique parc parsemé d’arbre de toute espèce et tapissait de multiples fleurs aux couleurs chatoyantes et aux parfums savoureux. Anator appréciait beaucoup cette ville qui était le symbole de l’alliance des peuples et qui prouvaient qu’un jour une union était possible entre les races pour construire un monde meilleur.

Cependant alors qu’il s’approchait de la place centrale en quête d’informations, un cri se fit entendre. Des individus s’approchèrent d’une bâtisse et virent une femme serrant dans ses bras le corps d’une fillette mordu le soir même. Anator regarda cela d’un air grave. Il lui semblait normal que les vampires doivent se nourrir pour vivre mais de là à se repaitre d’une fillette innocente qui avait encore toute la vie devant elle. Non, c’était inadmissible. Il détourna ses yeux des cris et des larmes et se posa devant un grand bâtiment où quelques passants s’étaient regroupés. Il les écarta de sa route avec frénésie et s’immobilisa devant l’annonce feignant de ne point entendre les protestations des intéressés. Puis il l’arracha du mur et regarda les villageois d’un air sombre ce qui eut pour effet de les faire taire. Enfin il entra dans une auberge non loin de là et tenta de se renseigner sur l’émetteur de l’annonce.
avatar
Leye Xinthas
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 164
Date d'inscription : 18/05/2012

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
3443/20000  (3443/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La quête des écrits oubliés

Message par Elindra de Yanovar le Jeu 26 Juil - 7:24

Unificia…. Village où règne la paix parmi les différents peuples, tous ici vivaient en harmonie et le paysage le représentait très bien, avec en son centre un magnifique parc où la verdure était florissante, d’ailleurs Elindra de Yanovar aimait venir s’y promener quand le temps le lui permettait elle était arrivée la veille au soir et avait logée dans une petite auberge non loin de là. Et aujourd’hui elle avait décidé de profiter du parc et de ces alentours si calme, mais les villageois était plutôt agités.

Ce matin-là, une femme sortit en courant de sa maison portant dans les bras une fillette qui a en croire par la couleur de sa peau avait été vidé de son sang dans la nuit. Elindra regarda tristement la jeune mère, cet incident risquerait fortement d’aller à l’encontre de la paix qui règne d’ordinaire dans cette contrée, elle secoua la tête et continua son chemin admirant le paysage, s’arrêtant devant chaque bosquet de fleur pour y sentir le parfum enivrant de chaque espèce. Elle se dirigea au centre de la place, ou se trouvait un attroupement de villageois, intriguée Elindra s’en approcha, étrangement les villageois la laissèrent passer, elle put ainsi sans grande difficulté atteindre la façade du mur et découvrir se qui agitait tout ce beau monde. Elle commença à lire le parchemin qui y était accroché quand un individu de grande taille avec une allure de brigand… habillé d’une tenue très sombre vint arracher le parchemin et s’en alla sans même laisser échapper un mot.

Elindra le regarda s’éloigner * Non mais pour qui il se prend le grand malabar * Elle fronça les sourcils remit sa capeline et le suivit jusqu’à l’auberge où il était entré, elle franchit les porte battantes gardant la tête encapuchonné légèrement incliner. L’auberge qui était plutôt agité de bon matin, se fit silencieuse quand Elindra entra dans la bâtisse *Pourquoi faut-il toujours que je provoque un silence pareil c’est déstabilisant* elle prit une profonde inspiration et dit d’une voix douce mais plutôt forte afin que tout le monde puisse entendre :

- Vous, monsieur vêtu de noir et encapuchonner qui êtes accoudé au comptoir, vous serait-il possible de me laisser lire ce que vous avez si adroitement arraché du mur il y un instant, s’il vous plait ?

Elindra ne manquait pas de cran, elle ignorait tout de cet individu et le ton qu’elle venait d’employer bien qu’il n’avait aucune consonance agressive, montrait cependant sa détermination à lire se parchemin, elle posa discrètement une main sur son arc, attendant une repose ou une action de l’homme à la capuche.

_________________
avatar
Elindra de Yanovar
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 72
Date d'inscription : 24/04/2012
Age : 29

Feuille de personnage
En couple avec: Sa majesté le roi Leye Xinthas, roi des humains
Guilde:
Pièces d'Or:
4950/20000  (4950/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La quête des écrits oubliés

Message par Ambra Alesi le Jeu 26 Juil - 9:35

Ambra continuait alors sa route, le pas préssé mais adroit. Ce n'était pas vraiment le moment de se retarder, et tout ce que désirait la vampire était d'arriver sur les lieux avant ceux qui pensaient mériter ces écrits plus qu'elle. Ambra se souvenait avoir parcouru les quatre coins de Fanthaïsa pour retrouver ces écrits, elle avait tué, ordonné, questionné, cherché .. mais rien n'était ressortit. Elle avait été blessée dans son ego car ces parchemins étaient tellement importants, les Espiritus étaient des sortes de créatures angéliques qui faisaient leur apparition lorsqu'ils jugeaient devoir remettre le monde sur le droit chemin, ils étaient admirés de tous de par leur forces et leurs pouvoirs que personne ne pouvait égaler. La vampire se demandait alors à quoi il pouvait bien ressembler, avaient-ils tous des corps d'humains ? Etaient-ils sous une forme animal ? Ou encore une forme inconnue ? C'était le grand mystère pour Ambra et elle aurait préféré tout savoir sur eux et cette quête était l'occasion parfaite pour en savoir plus et surtout pour sortir la belle vampire de ses habitudes quotidiennes. Elle en avait plus qu'assez certes, c'était son devoir et elle l'avait accepté mais elle regrettait les vieux temps où chaque jour était nouveau, où les aventures étaient multiples mais tout autant excitantes.

Soudain, Ambra sortit de ses pensées, elle avait perçu un bruit .. Bruit des plus étranges qu'il soit. Quelqu'un avait éternué derrière elle, elle se retourna brusquement au loin et aperçut plusieurs silhouettes : deux exactement, la vampire pouvait les examiner de haut en bas elle sentait leurs odeurs. La femme décida alors de courir à une vitesse incroyable jusqu'à en apercevoir au loin les plaines d'Ortem, elle se dissimula derrière les rares arbustes qui s'y trouvaient afin de ne plus être suivi .. de près au moins. Elle renifla alors les odeurs qui émanaient un peu de partout, elle pu percevoir alors qu'un démon et qu'une sirène était parmi les preux aventuriers avaient-ils tord ou raison de s'être lancés sur cette voix ? Seuls les Dieux le savaient et seuls les Dieux nous guideraient. La vampire pesta tout de même, il était essentiel qu'elle arrive avant tous les autres, elle en avait besoin. Son corps froid et rigide avançaient telle une ombre parmi les hautes herbes, elle entrait enfin dans les plaines cependant elle devait redoubler d'attention. N'importe qui ou même n'importe quoi pouvait surgir de la nuit pour venir attaquer évidemment la vampire était très bien armée mais elle devait faire attention à ne pas être blessée ce qui ralentirait la course et la ferait sûrement perdre. Ambra était déterminée plus que jamais, elle avait auparavant tout donné pour finir par un échec. Elle ne se ferait pas avoir une seconde fois, elle le refusait et s'il fallait tuer pour cela elle le ferait sans hésiter.

La vampire s'enfonçait toujours plus dans la plaine, cette plaine qui était gigantesque. Elle était de nombreuses fois venue aux chutes de Drafus pour y trouver le repos et la sérénité qu'elle appréciait parfois. Elle devait savoir se repérer cependant elle avait de fortes chances de se tromper de chemin, c'était également une raison pour laquelle elle devait redoubler d'attention. Ses pas ne se faisait pas entendre dans la nuit et sa combinaison de lin rouge était difficilement perceptible dans les hautes herbes maquillé de la noirceur nocturne. Elle avançait tel un chat, faisant attention à tous mouvements étrangers, tout bruits inconnus. Elle s'était de nombreuses fois faite attaquer par des créatures dans les plaines, certes cette contrée inspirait à la paix mais elle n'était pas dépourvue de dangers et les créatures se trouvant en Onixion étaient sans doute les plus redoutables. Ambra Alesi regardait de droite à gauche, espérant ne pas tomber sur une créature.


Elle leva soudainement la tête afin d'observer la lune qui semblait la suivre, la vampire se stoppa alors quelques instants pour l'admirer. Elle prononça alors quelques mots en murmurant dans une langue vampirique très anciennes qui n'était plus connu depuis de nombreux siècles, c'était comme si elle priait la lune pour la suivre jusqu'au bout et pour lui porter chance. Ambra continua alors sa marche méfiante et les yeux hagards, réceptive, agile et silencieuse comme un chat attendant que quelque chose se passe, que quelque chose vienne rompre le silence qui s'était installé depuis quelques temps déjà, quelque chose qui vienne troubler ce moment calme .. trop calme.


Dernière édition par Ambra Alesi le Ven 10 Aoû - 8:32, édité 1 fois

_________________

'' Mon amour pour vous me tuera pourtant je vous aimes .. "
Parole prononcée par Ambra à l'intention de son peuple



La fiche d'Ambra
avatar
Ambra Alesi
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 146
Date d'inscription : 18/04/2012
Age : 26

Feuille de personnage
En couple avec:
Guilde:
Pièces d'Or:
3300/20000  (3300/20000)

Voir le profil de l'utilisateur http://fanthaisa-rpg.pro-forums.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La quête des écrits oubliés

Message par Murasaki Ainochi le Ven 10 Aoû - 6:12

La démone ne voulait prendre aucun risque et la silhouette qu’elle suivait avait l’air bien pressée de quitter les lieux. Ne se gênant pas pour faire claquer ses chaussures pointues sur le pavé, Mura ne perdait pas de vue l’ombre noire qui se déplaçait. Convaincue qu’elle ne devait pas la laisser filer, la démone se figea pourtant en l’entente d’un bruit qui émana derrière elle. Ce son aigu avait retenti dans le silence, attisant toute la curiosité de la femme et toutes ses suspicions. La silhouette devant elle s’en allait, elle n’avait peut-être pas remarqué la démone… mais une chose était sûre, ce qui avait causé ce bruit l’avait repérée. Murasaki renifla l’air, cet éternuement, car le bruit ressemblait à un éternuement féminin – avait-elle décidé, avait apporté avec lui une odeur particulière que la démone s’efforçait de reconnaitre. Une odeur qui lui chatouillait les narines, titillait et agaçait fortement son nerf olfactif. Elle ne connaissait qu’une odeur qui l’appâtait plus que celle du sang, elle se retourna vivement vers la personne qui se trouvait là, un sourire presque invisible sur le visage.

Murasaki s’avança vers la sirène, le capuchon sur sa tête masquait ses yeux aux couleurs sanguines et ombrait une grande partie de son visage blafard, ne laissant voir que son menton et ses lèvres. Elle détaillait chaque trait de la femme qui se tenait devant elle, sans même prendre de précautions. Mura la trouvait bien idiote, mais d’autant plus fascinante en sa qualité de créature des mers. Son cerveau s’embrumait un peu plus à chaque pas en se rapprochant d’elle, les talons de ses chaussures claquant plus doucement sur le sol.

« Le petit poisson se retrouve hors de l’eau? » Dit-elle d'une voix douce et moqueuse à la fois. La démone commençait à tourner autour de la sirène comme un chat intrigué par une quelconque proie qui lui ferait envie. Une lueur démente paraissait dans son regard encore masqué, mais la sirène pouvait sans doute pressentir la folie passagère de la démone.

« Il faut être bien audacieuse pour suivre à découvert un démon comme tu viens de le faire, en pleine nuit… et seule… » Un sourire s’étira sur ses lèvres, déformant ses traits et dévoilant l’un de ses petits crocs luisants. Non, elle ne ressentait aucune crainte à lui dévoiler ses origines, si elle était le moins du monde perspicace elle aurait déjà dû comprendre à qui elle avait à faire. -Bon sang Mura ressaisis toi!- La démone cessa de tourner autour de la sirène, reprenant un peu de son esprit. Il ne fallait pas qu’elle oublie les écrits anciens qu’elle s’était jurée de ramener à l’élu.

« Pourquoi me suivais-tu? » Froide et autoritaire, elle n’avait cure de l’importance de la femme qui se tenait devant elle. Murasaki l’ignorait surtout, mais même si elle avait su pour le rang de la sirène elle n’aurait pas agit autrement. Elle ne montrait du respect qu'envers les siens et même là il fallait qu’ils lui soient supérieurs… Une forte tête sauf envers son maître…

Elle ne voulait lui laisser aucune chance de fuir et la guettait dans ses moindres expressions. Savourant également l’odeur enivrante qui flottait autour de la femme poisson et lui faisait perdre la tête. Faisant de gros efforts pour se concentrer, elle ne pouvait s’empêcher de loucher sur ses jambes… qui avaient remplacé sa queue écailleuse de mammifère aquatique. Sa curiosité et sa fascination pour cette espèce n’avaient pas d’égal.

_________________
Murasaki Ainochi
avatar
Murasaki Ainochi
Noble de Fanthaïsa
Noble de Fanthaïsa

Messages : 22
Date d'inscription : 18/05/2012

Feuille de personnage
En couple avec: Personne, encore innocente & beaucoup trop fier, vous n'êtes pas assez digne.
Guilde:
Pièces d'Or:
1250/20000  (1250/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La quête des écrits oubliés

Message par Astralÿs Wiz'Rakad le Mar 14 Aoû - 12:39


La sirène s'envoya une pichenette mentale. Oui, c'était une démone, et alors ? Il n'y avait aucune raison d'être intimidée. Elle était la Reine, l'Elue, c'était elle qui devait intimider les gens. De toute façon, rien ne lui disait que cette femme était dangereuse. Pour l'instant.
La démone se retourna, alertée par l'éternuement. Astralÿs crut distinguer sur ses lèvres délicates et d'une pâleur de lune un léger sourire, mais peut-être bien que cela n'avait été qu'imagination. Le haut de son visage restait dans l'ombre, caché par un capuchon, mais Astra devinait qu'elle l'observait attentivement. Elle s'approcha, un peu fébrilement, d'une démarche de prédateur ayant trouvé une proie digne d'intérêt. Les talons des chaussures de la femme produisaient un claquement étouffé sur le sol, et c'était apparemment le seul bruit alentour. Lorsqu'elle fut suffisamment proche, elle lui adressa la parole, moqueuse. La reine haussa les sourcils, étonnée. Elle le fut encore plus lorsque son interlocutrice se mit à tourner doucement autour d'elle, confirmant l'impression qu'avait la sirène d'être une proie.

De toute évidence, la démone ignorait à qui elle s'adressait. Elle poursuivit en la tutoyant. Aussitôt, Astralÿs se raidit, méfiante. Ces paroles ressemblaient vaguement à une menace que le sourire de la femme, s'élargissant et dévoilant des dents pointues et immaculées comme celles des vampires, ne rendait que plus nette. La reine s'apprêta à répondre, glaciale et une main posée sur le pommeau de son épée, lorsque l'étrange femme cessa soudain de tourner autour d'elle, son sourire qui avait prit des allures un peu folle se fanant légèrement. Elle prit de nouveau la parole, s'adressant à l'Elue d'un ton autoritaire que celle-ci n'avait plus entendu d'une autre bouche que la sienne depuis bien longtemps. Se durcissant immédiatement, Astra forma sur son visage le masque d'autorité qu'elle avait pour habitude de prendre lorsqu'elle devait jouer son rôle de dirigeante d'Albelay. Elle pensa fugitivement à la réaction qu'aurait la démone lorsqu'elle apprendrait son identité.

Mais était-il bien prudent de la révéler ainsi ? Il n'était pas bon de divulguer que la reine des sirènes se promenait ainsi en pleine nuit, sans formalités, à des kilomètres de sa contrée et, comme l'avait fait remarquer la démone, seule. Elle n'était pourtant pas sans défenses, et si cette femme s'avisait de l'attaquer, elle allait être quelque peu surprise.
Astra parla enfin, s'assurant que sa voix d'une froideur impériale ne résonne pas trop dans le silence nocturne.

« Bonsoir – elle insista sur ce mot, comme pour mettre en valeur l'existence de la politesse que la démone avait visiblement oubliée. Je te prie – elle décida d'un coup de la tutoyer également et de ne pas révéler son identité pour l'instant – de ne pas te montrer aussi familière avec moi... Tu n'as aucune idée de la personne à laquelle tu t'adresses – elle n'avait pu s'empêcher de sous-entendre son importance. Je ne suis pas un poisson rouge et toi un chat, alors ressaisis-toi, je n'ai pas beaucoup aimé la façon dont tu me tournais autour... Sache que je ne suis pas si sans défense qu'il n'y paraît. Quant à la raison pour laquelle je te suivais... »

Une idée effleura soudain Astralÿs. C'était plutôt mal parti pour le moment, mais si elle faisait équipe avec cette femme étrange, elle aurait sans doute plus de chances de parvenir à ses fins. Elle se débrouillerait pour obtenir les parchemins à la fin, elle était même prête à offrir plus d'or à cette démone si elle se désintéressait de ces écrits précieux. Après tout, que pouvait-elle bien en avoir à faire ?

« Je t'ai vue devant l'affiche de cette... quête. J'en ai déduit que tu avais été intéressée. Or, comme cette aventure m'intéresse aussi j'ai décidé de te suivre. Ne penses-tu pas que nous pourrions accomplir cette quête plus rapidement si nous faisions... heu... équipe ? »

Les dés étaient jetés. Si la démone refusait cette proposition, elle n'aurait plus que le choix de l'affronter ou de l'espionner. Ce serait chacun pour soi et au diable le reste.

_________________
avatar
Astralÿs Wiz'Rakad
Élu de Fanthaïsa
Élu de Fanthaïsa

Messages : 107
Date d'inscription : 21/04/2012

Feuille de personnage
En couple avec: Personne
Guilde:
Pièces d'Or:
4400/20000  (4400/20000)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La quête des écrits oubliés

Message par Maître du Jeu le Ven 7 Sep - 16:26

[Quête FERMÉE car elle se traînait trop dans le temps + désertion de certains participants.]

Ambra Alesi et Astralÿs trouvent chacune un petit coffret contenant un rouleau de parchemin.

Celui d'Ambra :

« 19 Marteÿo, an 20-

Quand ? Quand cette guerre va-t-elle finir ? J'ai l'impression qu'elle perdure depuis la nuit des temps, et pourtant cela fait moins d'un an... ou plus ? Je ne sais plus. Une succession de longs jours d'angoisse, à espérer qu'un démon ne nous aura pas tués d'ici le lendemain. A se demander si l'on verra de nouveau l'aube.
Tout ce - versé, toute cette violence... Et j'ai l'impression que cela n'est pas près de finir.
Même les Espiritus, considérés comme le peuple incarnant la pureté, se sont retirés, après que les autres races dont je fait – hélas – partie aient refusé d'écouter leurs mises en gardes. Ce départ des Espiritus en dit long pour moi : c'est le départ de l'espérance, le départ de la paix. Les Espiritus ont un corps fin et lumineux qui paraît immatériel, prêt à partir en fumée au moindre coup de vent : ils paraissent tout entiers faits de lumière céleste. Et pourtant, ils sont bel et bien solides et puissants. Ils - de pouvoirs magiques que toutes les races, mais visiblement ceux-cis n'ont pas suffi pour rétablir l'ordre... Je vois maintenant notre monde comme un navire prêt à sombrer dans l'océan du Chaos. Alors je me suis renseigné. J'ai voyagé et j'ai récolté - avec toute l'énergie du désespoir. D'après ce que j'- rassembler, les Espiritus se seraient envolés ver le ciel... Et certains auraient vu une sorte de masse sombre flotter parmi les nuages, une masse de la forme d'une montagne. Tous ces témoins sont - été abusés par la lumière solaire.
D'ailleurs, ils sont sûrement tous morts dans cette guerre meurtrière...

Je suis moi-mê - dans une bataille. J' - toutes ces informations pour que quelqu'un - jour les lire, il faut retrouver les Espiritus, ils sont -

Le parchemin d'origine était extrêmement abîmé. Le texte a été écrit par un vampire, et après le dernier mot il semblerait que sa plume ait dérapé. La fin du message est couverte de sang, comme si le vampire avait été tué pendant qu'il écrivait.
Ce texte a été recopié avec soin, sauf les parties illisibles représentées par les tirets.


Celui d'Astralÿs :

« Oertlomi 196 -

C'était hier au soir que c'est arrivé. Dans l'immense ville cachée, entièrement taillée dans la pierre, où notre peuple s'est réfugié depuis le début du Chaos, une lumière aveuglante est apparue. C'était la plus belle lumière que j'avais jamais vu, j'étais attirée par elle comme un papillon de nuit par la flamme d'une bougie. C'était une lumière sauvage et mortelle.
Et ils étaient là.
Le Panthéon, au complet. Les Dieux étaient... indescriptibles. Ils incarnaient la vie, ils incarnaient le tout. C'était comme voir Fanthaïsa tout entier se lever et se mettre à parler.
D'ailleurs, je crois qu'ils ne parlaient pas réellement... mais nous les comprenions. Et nous les comprenions même mieux que s'ils s'étaient exprimés avec des mots.

J'osais à peine y croire, je pensais rêver, mais un rêve ne pouvait être aussi réel et je le savais. J'ai donc pu accepter avec paix ce nouvel événement.
Et cette nouvelle responsabilité.

Nous sommes le peuple élu. Nous avons hérité de pouvoirs divins, jamais encore vus parmi les vivants. Nous pouvions chacun contrôler un élément, nous avions la main sur la toile du monde, nous pouvions tout gérer. Ou presque. Mais je ne vais pas m'étendre sur cela, il y a des choses plus importantes à faire.
C'étaient là des facultés à ne pas prendre et utiliser à la légère... Nous en étions dotés, nous devions nous en servir pour rétablir la paix. Et pour cela, nous avions conçu un plan d'action. Il était impossible qu'il échoue...

Et quand ce plan aurait réussi, nous nous retirerions de nouveau. Nous n'étions pas faits – plus faits – pour vivre avec le commun des mortels. Dans quelques centaines d'années, peut-être quelques milliers, la situation dégénérerait de nouveau, car le Chaos était dans la nature des races. Et nous serions là pour intervenir. Nous, les Espiritus qui avons reçu nos pouvoirs des Dieux eux-mêmes. Car à présent, nous sommes immortels, quoique vulnérables à certaines blessures de la chair. Et puis, notre mort n'en est plus vraiment une...

Je vais expliquer nos nouvelles caractéristiques, que ce jour à jamais soit gravé dans nos mémoires. Nous vivons indéfiniment et nos pouvoirs restent intacts, sauf lorsque nous sommes atteints par les quelques rares moyens qui nous sont fatals. Lorsque nous mourrons, nous devenons pure lumière céleste et montons pour étinceler dans le ciel jusqu'à la nuit des temps : nous nous mêlons alors aux étoiles.
Le temps n'a pas de prise sur nous, excepté lorsque nous procréons, ce qui est très rare. Nous sommes même presque stériles. Lorsqu'un enfant naît, ses parents vivent encore un siècle parmi les mortels avant de rejoindre les cieux.

Mais le temps presse. Mon peuple me nécessite pour le Plan. Nous partons.

Si une nouvelle guerre – une vraie Guerre, sérieuse et emplie par la haine – éclate de nouveau, nous reviendrons. »
Texte trouvé gravé sur une plaque de marbre, puis recopié sur un parchemin par un anonyme.


Les 5000 pièces d'or seront partagées équitablement entre Murasaki, Leye, Emélya, Elindra (1250 po chacun). Merci beaucoup de votre participation !
avatar
Maître du Jeu
Habitant de Fanthaïsa
Habitant de Fanthaïsa

Messages : 14
Date d'inscription : 04/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La quête des écrits oubliés

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum